3ème derby finistérien, le C/R.

 

Salut les Dubs’ ! Réjouissez-vous, nous sommes de retour… Y’a pas encore eu de plainte, on continue…

Non, je n’ai pas retrouvé le classement du – inspirez – championnat de Bretagne indoor de softball mixte – expirez. De toutes façons, tout le monde s’en fout. Bon, puisque vous insistez, schématiquement, Rennes 1 est en tête, devant Brest et Lannion (ou l’inverse), puis vient Rennes 2. Et au final, on finira quatrièmes. C’est notre place, non ? Alors pourquoi voulez-vous que je me casse ? Avec tous ces C/R à rédiger sur le dos !

Bon, arrêtez de vous plaindre, maintenant. Vous êtes d’un pénible quand vous vous y mettez. Je n’ai pas que vous à m’occuper, non plus.

Bon, j’en étais où ? Ah ouais, le C/R des matches contre Ploug. Ben, j’ai du lourd, figurez-vous. Après Franck-le-Pirate, qui nous avait assisté la semaine dernière, aujourd’hui c’est Coach-Moon en personne qui vient nous donner un coup de main. C’est pas du lourd ça ? Non, pas de grossièreté, vous savez bien que je n’aime pas ça.

Coach-Moon, donc. Si, si, je la connais un peu, ne soyez pas jaloux…

Ce samedi 18 janvier, Le Doaré faisait salle comble pour assister au 1er derby finistérien de l’année 2014. On a du refuser du monde, c’est dire ! Les Fraises de Plougastel, plus rouges que jamais, la colère le disputant à la honte, revenaient en terre brestoise pour tenter de laver l’affront.

La mômerie ouvrait le bal…

Au grand complet, les Diabolos (-Fraises, explication de rattrapage du jeu de mots, la prochaine fois prenez des notes, merci d’avance), la paille entre les dents, s’apprêtaient à tailler en pièces nos 10 valeureux Dub’s, quelque peu impressionnés par le public. Une première manche très disputée laissait les deux équipes sur un score de parité de 6 à 6. C’est bien dit, hein, score de parité ! C’est ça, être coach de haut niveau, faut du vocabulaire. C’est pas donné à tout le monde. C’est pas vous avec vos mesquineries habituelles qui nous sortiriez des mots comme ça ! Le second passage de Plougastel au bâton rencontrant moins de succès face au 3ème lanceur des Dub’s, les Fraises ne croisaient le marbre que par 2 fois. Nos petits Bleus avaient alors les cartes, mais surtout les battes (houlalà, humour maintenant !) en mains pour conclure la rencontre, en faisant parler leur puissance d’attaque. Six nouveaux points étaient ainsi inscrits, sellant la partie sur le score de 12 à 8.

Restait alors à toute cette mômerie, vainqueurs et vaincus, d’aller déguster un goûter bien mérité, sous l’oeil attentif de Cécile, toujours présente, toujours fidèle, toujours dévouée…

Après ce sympathique lever de rideau, place maintenant à la rencontre seniors.

Les Red-Coat, en manque d’effectif et au bord du dépôt de bilan pour insuffisance de résultats, se voient renforcés de trois Brestois, et pas des moindres. Le plus…vieux d’abord (ni Coach-Moon, ni votre serviteur, en pré-retraite) : Crazy-Al en personne, de retour après un trimestre sabbatique. Une délicate opération du coude droit, très sollicité, nous sommes-nous laissés dire… Le plus « baseballeur », ensuite : au pitching , le longiligne, l’élégant, le très technique Goulven (bien penser à prononcer « Goulvène » pour éviter les ennuis). Le plus debutant, enfin (uniquement sur les terrains de soft puisque c’est aussi un baseballeur accompli) : notre sympathique junior Jeremy. Autant dire qu’on leur a filé du lourd ! J’me demande, si c’était pas trop, finalement… ‘Fin bon, maintenant, c’est trop tard, faut y’aller !

Toujours très bruyant, le large public se voyait donc offrir un duel fratricide de lanceurs.

Pour les Dub’s, une 1ère à la plaque, le flegmatique et plus beau des  barbus Wookie négocia à merveille, et avec ce calme légendaire que tout l’ouest lui envie, la 1ère manche, en n’encaissant qu’un seul point. C’est ça le travail, mes p’tits pères. Le Wookie, il paye pas d’mine comme ça, mais il bosse. Et crac, il nous sort la manche du siècle ! Le travail, le travail, le travail ! Voilà, la devise du Wookie. C’est tout ! Les Fraises-Coat, un genou à terre, investissaient le diamant, laissant la batte aux Bleus. Carton plein pour les Dub’s, 6 points donc. Sarah échouait malheureusement de peu, et devra donc attendre pour fêter son 1er point de l’année.

La 2ème manche tournait en faveur de Plougastel, qui scorait 3 fois, restant ainsi au contact des Dub’s. 6 points à 4 au seuil de la dernière manche.

La 3ème reprise s’annonçait serrée. Wookie, qui avait pioncé toute la seconde manche, sentant soudain la pression et l’engueulade arriver, rampa jusqu’à la plaque. On se disait, bon, il s’est économisé, il va nous les laminer pépère. Une boucherie, pensait-on dans les rangs brestois, le Wookie va les hâcher fin. Le travail qui paye, quoi ! Ce fut bien la boucherie, mais pas celle annoncée. En fait, Wookie avait décidé de continuer à s’économiser, au cas où…

Mais au cas ou quoi, bordel ?

Chais pas, vous lui demanderez quand vous le verrez…

Toujours est-il que pendant ce temps-là, les Diabolos-Coat, galvanisés par l’approche de l’apéro (y’a pas que nous qui picolons, autant dénoncer tout le monde), inscrivaient 5 nouveaux points.

Non ?

Si, si.

Ceux qui ont poussé leur études à leur terme auront sans doute déjà compris : avant l’ultime passage au marbre des Dub’s, les Reds-Diabolos mènent 9 à 6.

Je répète ici un des points essentiels du réglement des Dubiners, rappelé par Coach-Moon à ses troupes : « un derby, ça ne se joue pas, ça se gagne » ! Alors, vous allez vous reprendre, bande de larves, et fissa avec ça ! On va pas se faire tondre chez nous devant huit spectateurs, merde !

Avec rigueur et détermination, les Bleus emplirent donc conciencieusement les bases, avant de scorer 6 fois, clôturant la marque sur le score de 12 à 9.

Ouf. C’est pas passé loin ! A force de déconner, on va bien finir par se faire battre par les Reds-Fraises !

Je m’ennerve un peu, mais ce sont bien deux victoires de Brest qui scellaient ce beau samedi rempli de sourires et de rires.

Coach-Moon tenait, pour finir, à adresser ses félicitations à Ronn, qui était élu dans le même temps au sein de la commission régionale softball de Bretagne (j’y ajoute les miennes ; du coup, on va aussi pouvoir truquer le championnat, c’est bon, ça). Au fait, c’est pas plutôt lui le plus barbu des licenciés, avec son Boston spirit ? Il me semble, quand même.

Et le Wookie dans tout ça ?

Ben, il est parti se pieuter direct pour s’économiser. Il avait tout donné dans la première manche…

 

Migwell,  21 janvier 2014

 

Photo : http://www.flickr.com/photos/lapstrake/6148285630/