El classico – The C/R.

Le terrain a parlé. Pas un murmure, plutôt un cri. Non, un hurlement. C’est ça, un hurlement.

The Small Kerzu Stadium à Brest. Les Bleus du FLSM Brest reçoivent leur voisin costarmoricain pour une rencontre allez-retour qui pourrait asseoir la hiérarchie softeuse en Basse-Bretagne.

Qui de Brest ou de Lannion incarne le challenger ? Les Sea Dogs qui corrigèrent Brest en « petite finale » d’un tournoi rennais indoor ? Les Dubliners qui leur rendirent la pareille à la Guerche de Bretagne un joli dimanche de mai ? On ne sait pas. On ne sait plus. Les deux équipes sont proches, se connaissent bien. Se craignent. Une certitude cependant : avant cette rencontre, Brest est un solide second au classement du championnat oudoor, avec un bilan flatteur de 5 victoires pour 1 défaite, quand Lannion piétine quelque peu à 2/4. L’enjeu est donc simple : l’échappée belle pour le FLSM, conjuguée à la fin des illusions pour son adversaire, ou, à l’inverse, un resserement du classement.

Dans le même temps, à l’Hippodrome Park, les Mariners nantais (4/4) accueillent l’Entente Le Mans/St Barth (1/5). Très ouvertes, les deux rencontres peuvent donc bouleverser la hiérarchie et rendre passionante la dernière journée le 22 juin.

Bon alors, ce hurlement, me souffle-t’on en régie, qui l’a poussé ?

Les Bleus !

Mais lesquels, bordel de merde ?

Les Bleus brestois qui jouent en blancs mais devraient arborer le rouge et vert du Foyer nourrissier ? Ou les Bleus lannionnais qui ont le bon goût de jouer en tunique bleu-postier ?

Le vaillant Dubliners, carnassier, pompon rouge sur la tête et Hermine nationale tatouée sur le bras ? Ou le Sea Dog, terrible molosse baveux, probable héritier des mostres que le Viking importa sur nos terres ?

Les deux, mon général, les deux.

De joie pour les uns, de douleur pour les autres.

Les autres, tiens. Lannionnais de l’ASPTT. Défaits à deux reprises. Sèchement, douloureusement. 2 à 14 d’abord, puis 9 à 17. Rien à dire.

Les uns, maintenant. Brestois du FLSM. Victorieux, heureux, triomphants. 14 à 2 d’abord, puis 17 à 9. Rien à dire. Non, rien à dire.

Là-bas, très loin à l’est, Nantes se faisait bêtement surprendre en première rencontre par l’Entente, avant de laminer son adversaire, pour un partage de la journée.

Le classement, le classement, le classement…

Molo, les gars, molo ! Ca vient. Je ne suis pas une machine, non plus. Déjà qu’on m’oblige à écrire en pleine Coupe du Monde…

Donc, nous avons Rennes 1 8V/0D, FLSM Brest 7/1, Nantes 5/5, Lannion et l’Entente 2/6, et Rennes 2 0/8. Sous réserve, bien entendu, d’homologation par le (très) Grand Mamamouchi et son Orchestre.

Voilà, vous savez presque tout. Rendez-vous dimanche 22 juin au magnifique Hawks Stadium à la Guerche de Bretagne, pour le baisser de rideau de ce championnat printanier. Brest et Rennes 1 se disputeront la gagne. Avantage aux rouges qui devancent les Blancs-Bleus d’une unité.

Allez, dispersion maintenant. C’est tout pour aujourd’hui.

 

Migwell, le 17 juin 2014

 

Photo : Coach-Moon on strike, by PKP.

2 réflexions sur « El classico – The C/R. »

  1. excellent résumé… remerciements sincères à Ronn qui s’est sacrifié, sous un soleil de plomb, pour les 2 matchs à la plaque! Amen… (faut soigner ce dos rapidement migwell!!!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.