Conte de fin de saison.

Il était une fois la Bretagne, jolie province de France. Enfin, de France, faut l’dire vite rapport à la trahison dont fut victime le vénérable duché breton. ‘Fin bon, je ne vais pas commencer… Je m’reprends.

Il était une fois la Bretagne, province jolie, verte ceinte de bleu. Ses habitants étaient rudes, tempétueux, comme le climat, mais volontiers joyeux. Lorsque leur labeur était achevé, ils aimaient à se retrouver pour jouer ensemble. Les enfants se mêlaient aux femmes et aux hommes, dans une joyeuse farandole. L’amitié les guidait, l’amour parfois.

Leur passe-temps favori s’appelait le softball, jeu de balle bien compliqué, guère plus pratiqué de nos jours.

Ils venaient souvent de loin. De Brest, de Lannion, de Nantes… Parfois même, des clans de provinces voisines se joignaient à eux : d’Angers, ou encore des contrées barbares de l’est, très loin, bien au-delà des Marches, où les Bretons n’aimaient guère s’aventurer.

Leurs jeux étaient passionnés mais loyaux. Un jour les uns gagnaient, un jour les autres… Peu leur importait.

Mais affirmer que leur bonheur était complet serait mentir. Car un ogre habitait le duché. Et il s’invitait souvent au banquet. Après tout, il était d’ici, lui aussi.

Il venait de Rennes et les dévorait tous. Qu’ils vinrent de Lannion, Nantes, Brest ou encore des contrées barbares, nul de lui résistait. Chaque fois, il les laminait.

Il avait dans son sillage un ogrillon en formation. Il était de Rennes lui aussi, mais ne dévorait personne. Il était bien gentil l’ogrillon, paré comme son maître de rouge et de noir, mais bien moins féroce que lui.

Nul ne pu dire où en germa l’idée, mais une compétition de softball fut mise sur pied. L’ogre en accepta le concept et promis de croûter tout le monde. Le clan Saint-Marc de Brest se mit sur les rangs, aux côtés des Mariniers de Nantes, des Postiers de Lannion, et d’une entente mêlant barbares de l’est et Angevins. L’ogrillon était aussi de la partie.

Le printemps naissait et laissait entrevoir de belles journées ensoleillées mais aussi de solides averses. Tel était le climat du duché. Imprévisible…

Comme il l’avait promis, l’ogre, irrésistible, ne laissa que des miettes à ses concurrents. Il survola la compétition, dont l’issue ne laissait aucun doute à personne. Les autres se disputèrent donc les miettes, en l’espèce la seconde place.

Le clan Saint-Marc s’en sortit le mieux, quoique laminé par l’ogre 4-0. Mais il tenait, bon gré, mal gré, le cap qu’il s’était fixé : finir, a minima, second, et, pourquoi pas, rêve fou, battre l’ogre.

Moon, la chef du clan, et son fidèle écuyer Ronn, menaient la troupe à la baguette. Et tous filaient droit ! Seule concession, la cervoise coulait à flot avant et après les rencontres. Mais pas lors des matches. Malheur à celui qui était pris une corne à la main…

Ce curieux championnat, qu’il me soit ici permis d’user de ce néologisme, touchait à sa fin. L’ogre avait tout raflé, comme prévu. Mais le clan Saint-Marc s’était accroché et, hormis cette défaite contre l’ogre rennais, lui aussi présentait un bilan flatteur.

La Guerche de Bretagne, à quelques encablures de Saint-Aubin-du-Cormier où nos troupes rendirent plus tard une dernière fois les armes, fut le théâtre du Grand Affrontement. Le clan Saint-Marc de Brest s’en allait défier l’ogre pour la suprématie du duché. L’histoire restait encore à écrire et, vêtue de bleu et de blanc, la batte au vent, Coach Moon mena sa troupe à la bataille.

Le Grand Affrontement eut bien lieu. Apre, tendu, comme chacun pouvait s’y attendre. Contre toute logique, sans doute surpris par un horaire matutinal que Saint-Marc maîtrisait à merveille, l’ogre ploya et finit par céder. Saint-Marc tenait, enfin, sa victoire.

Malheureusement, le clan Saint-Marc ne parvint pas à remonter les 4 points que l’ogre avait brillamment acquis quelques semaines auparavant…

Ainsi donc, l’ogre emporta le championnat au point-average (je devrais dire au run-average, mais tout le monde ne s’y entendrait pas). Une victoire méritée, au terme d’une saison maîtrisée et dominée.

Le classement, tel qu’il me parvint, sur un parchemin que me remit le Grand-Mamamouchi :

1 Rennes 1, l’ogre 9V 1dD (Champion 2014 outdoor au run-average)
2 Brest Saint-Marc 9V 1D
3 Nantes Mariniers 5V 5D
4 Lannion Postiers 4V 6D
5 Entente Barbares-Angers 3V 7D
6 Rennes 2, l’ogrillon 0V 10D

Il était une fois la Bretagne, province fabuleuse, verte ceinte de bleu. Où ses habitants, hommes, femmes, enfants, aimaient à se retrouver pour jouer, ici au softball, là au baseball. Peu leur importait le temps, peu leur importait la distance, ils se retrouvaient, bataillaient puis festoyaient. Il me fut même rapporté que des Postiers renforcèrent, une fois, le clan Saint-Marc. Mais je ne peux vous garantir l’exactitude de l’anecdote…

A bientôt les amis et merci pour ce championnat !

 

Migwell, le 11 juillet 2014

 

Photo : PKP

retour accueil

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.