Guipavas, démo softball…

5 000 personnes.

Non môsieur, vous ne rêvez pas. Nous parlons là de l’affluence de ce dimanche 14 septembre 2014, sur la journée, pour deux matches de softball mixte. Bon, je gratte un peu. Y’avait aussi les 70 ans de la Libération de la ville de Guipavas. J’entends d’ici les esprits chagrins qui ergottent lamentablement – oui c’est lamentable – que ce public n’est pas spécialement venu assister au duel fratricide entre Seadogs de Lannion et autres Dubliners du Foyer Laïque de Saint-Marc de Brest. Peut-être, attention j’ai bien dit peut-être, n’auront-ils pas tout à fait tort. Mais, oh grand mais, ils étaient malgré tout plusieurs centaines à suivre la seconde rencontre finistéro-trégoroise. Et là je ne gratte pas. Du tout, du tout.

Pitit retour en arrière.

Jack, The President of the section, nous avait arrangé le coup. Je cite de mémoire, il peut y avoir de la perte : « Les gros, mi-septembre, y’a un camp de reconstituants US qui va se monter à Guip’ pour les 70 piges de chais pas quoi de la ville. Ouais ». Oui, et alors, Jack ? « Ben, on va proposer une démo de baseball. Ca fait américain, et hop, une semaine après le forum des assos, on moissonne pépère les adhérents. C’est pas du plan aux oignons ça, les gros ? » Si, si. Et pour moissonner, ça a moissonné !

Dans son immense bontée, l’organisation nous avait en effet proposé un magnifique et immense champ de blé. Les initiés se sont dit chouette, on va se la jouer « Field of dreams »… Rendez-vous en pleine nuit, les projos, « if you build it he will come », le grand jeu, quoi. Ben, tu veux qu’je dise ? Que dalle ! Y’a rien qui est v’nu. Une escroquerie. Heureusement, le terrain avait été fauché. Mais bon, il était chevelu et piquant quand même, nous valant les sarcasmes d’un ponte de l’arbitrage breton : « Qu’est-ce que vous foutiez dans un champ de blé ? »

La journée a donc débuté par le grattage du field en question pour essayer d’y coucher un terrain acceptable. Après un harassant travail collectif au rateau et un traçage minutieux et précis, ça ressemblait (de loin) à un terrain de softball. Bases posées, back stop en place, la journée pouvait commencer.

Les Postiers lannionais arrivés, qui avaient sympathiquement accepté de croiser la batte, le jeu pouvait prendre le pouvoir.

11h00, Ronn sur bases, Migwell à la plaque, en costumes rouges du dimanche, play ball !

Une première rencontre à sens unique… Coach-Moon au pitching assure les affaires courantes. La défense brestoise, quelque peu apathique après des semaines d’inactivité et d’innombrables barbecues, prend malgré tout le dessus sur les bâtons engourdis des Lannionais. Et les Dub’s, même s’ils ne sont pas transcendants en attaque, enquillent régulièrement quelques hits… Quatre manches plus tard, le score est de 10-2 pour les Laïques Saint-Marcois.

Public maigre. Ventres creux. Gorges sèches.

12h00, place au pique-nique. Notre ingénieure en barbecue, Mumu, la maman de Bucky, a hélas dû renoncer à faire le déplacement pour d’obscures raisons familiales. Direction le camp US pour un voyage dans le temps, cassage de croûte et rinçage de gosiers. Tout y est, tentes, véhicules en tous genres, uniformes, armements, hôpital de campagne, ambiance Glenn Miller… Photos souvenirs, swing, hamburgers, bières…

15h00, c’est l’heure du second match. Les spectateurs affluent. De quelques uns au début, ils passent à quelques dizaines au bout d’une demi-heure, puis à quelques centaines en fin de match… La prophétie s’est accomplie : they came, finalement… Nous sommes en 4ème et dernière manche, le soleil accable notre champ. Les Seadogs sont en train de laminer les Brestois et présentent fièrement un 8-2 au public. Le FLSM passe une dernière fois à la batte. Déjà deux retraits… La tension est palpable, qui laisse bientôt place au frisson. A grands coups de hits et 2 HR (Poulpi et Charbo), les Dubliners passent en tête et, d’un petit point, emportent le morceau 9-8.

Dire que le public était en délire, serait un peu exagéré. Alors je ne le dis pas. Et puis vous ne me croiriez pas…

Charbo, serial frappeur, me souffle le mot de la fin. En fait, il s’agit d’un code : 5S. Soleil, Suspens, Spectateurs, Spectaculaire, Sympathique.

Pour la petite histoire, des parachutistes attendaient la fin du match pour sauter sur notre terrain, transformant le mythique field en une vulgaire zone de parachutage. Y aurait-il un lien entre le nombre de spectateurs et les (2) parachutistes ? D’aucuns l’avancent mais ça reste à prouver. Une enquête est en cours.

Dans tous les cas, merci aux coachs des Dubs qui ont géré avec le comité d’animation de Guipavas l’organisation de cette journée, comité que nous remercions au passage.

Forces en présence

Arbitrage, The Reds : Migwell à la plaque et Ronn sur bases.

Scorage : Isa et compagnie.

Brestois : Moon, Poulpi, Adrien, Juliette, Charbo, Francky, Wookie, Jack, Jennifer, Antonia.

Lannionistes : Loïc et (presque) toute sa sympathique équipe. Merci à eux.

Voilà, c’est tout pour aujourd’hui. Quoi déjà ? C’est la reprise pour tout le monde, merde ! Le stock d’inspiration est moyen-moyen. Faut refaire les niveaux. Allez, dispersion !

 

Migwell & Charbo, le 16 septembre 2014

 

IMG_289099777595952

Photo Valérie Barr (cliquez pour agrandir)

retour accueil

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.