Baseball, Grégam, Brest, résumé…

Hello les supporters-trices du FLSM Brest Dubliners. Surtout les trices, d’ailleurs.

Ici, Marvellous-Micka au micro. Le barbu mythique du grand-ouest pour vous servir. Ne vous évanouissez pas tout de suite, mesdames, y’en aura pour tout le monde !

Me revoilà donc pour vous dispenser un petit résumé de notre second plateau de baseball de l’année. Çui-ci s’est déroulé sous un grand soleil, sur un grand (et vrai) terrain de baseball à Grand-Champ en banlieue vannetaise (le terrain même où nous nous sommes rendu la semaine précédente pour tâter de la grosse baballe jaune).

Pour le premier match, Fred est au marbre. Vous voyez l’truc ? Thomas, est en une ; le lanceur lance (normal, c’est son taf), le frappeur frappe (pareil, mais moins), mais Fred ne bouge pas !!!??!! Pourquoi, me dites-vous, mes coquines ?? Ben tout simplement car les Saint-Marcois sont à l’arbitrage pendant que le match oppose les Sharks de Quimper aux Griffons de Grégam ! Toc-toc, badaboum, on ne peut rien contre l’humour ! Restez assises, je poursuis.

Le match est agréable à regarder, du jeu, des frappes, des retraits… Mais à ce jeu-là, ce sont les Sharks qui se montrent les plus forts et qui l’emportent 12-6. Clap, clap, clap… De l’enthousiasme, merde !

Viens le deuxième match de la journée qui nous voit entrer tête haute sur le terrain (pour jouer cette fois-ci !) versus The Sharks. C’est enfin l’heure de voir si les entraînements harassants, qui ont suivis nos deux premières défaites lors du premier  plateau à Quimper, ont porté leurs fruits ! Notre pitcheur Amir est sur sa plaque, il prend ces consignes de lancer auprès de Maurice (non, Boris, ça fait quinze fois que j’le dis, merde !) qui le catche. Il lance et bim, j’te l’donne Emile, premier strike out du match. Malheureusement pour Quimper, ce ne sera pas le dernier. Amir est en feu et, lors du peu de fois où il se fait frapper, la défense répond présente et assure les retraits sur base. C’est la folie sur le diamant ! En attaque, face au lanceur de Quimper, qui en est à son deuxième match du jour, nous assurons les frappes et autres bunts, pour finir par une victoire 7-0 (la première de la saison, yes, mes poulettes ! C’est qui l’patron, hein ?).

Après une courte pause, nous voici engagés dans notre deuxième et dernier match de la journée contre nos hôtes du jour, les Grigous de Grand-Champ. Les Grigous, vous êtes sûr ? Merde, non… Les Grippons, les Grignoux, les Grattons ? On n’sait plus… Nous commençons en attaque. Face à nous, Ital, leur lanceur japonais (ouaimébon, si on commence à prendre des lanceurs nippons – ni mauvais – j’vous dis qu’on n’peut rien contre l’humour, c’est pas du jeu !). Le premier à se présenter face à lui est Boris, les genoux qui jouent des castagnettes. La tension est montée d’un cran, leur regard se croisent, et trois claquements de balles plus tard dans le gant, Boris est éliminé sur strike out. Cette fois, c’est nous qui prenons l’eau de toutes part et les retraits vont s’enchaîner comme ça pendant tout le match… Le pire, mes chéries, le pire, c’est qu’ils assurent autant en attaque qu’en défense (les fumiers). Résultat : défaite, laminage, désossage, naufrage, enterrage en première classe, 9-1.

Eh oui, mes cocottes, on a réussi à marquer un point sans frapper une balle ! C’est pas de l’exploit ça ? Merci à Ital qui a quelque peu craqué en dernière manche en nous gratifiant de quelques lancers sauvages, hit by pitch et autres balks of the families.

Malgré cette fin de journée se terminant sur une défaite et sous un orage de bière, nous passâmes une journée à son pépère, sous le soleil, en signant notre première victoire de la saison (comme quoi, les entraînements ça finit par payer).

Je tiens à remercier les Grichons pour leur accueil, nos jeunes supporters présents, et faire un spécial thanks à Amir qui à joué toute la journée (catch avec Quimper pour le premier match, pitch avec nous lors du second match et de retour catch + pitch avec nous pour le dernier match de cette journée). Un moment, il a voulu faire à la fois pitch et catch, mais j’ai refusé. Ça commençait à faire beaucoup, d’autant qu’il jouait aussi première base et dépannait champ droit… Les autres joueurs commençaient à gueuler.

Bon allez, mes chéries, c’est pas l’tout, j’ai un pack au frigo, moi. J’vous embrasse.

Marvellous-Micka (pour vous servir), le 19 mai 2016

PS : les Grognons, c’est pas ça ? Chais plus… Tiens, mets-moi une autre bière, j’ai plus toute ma tête…

 

BOUTON-RETOUR-ACCUEIL-SURVOLE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.