La journée d’Open dont vous êtes le héros

Dimanche dernier, les FLSM Dubliners se sont déplacés à Ploërmel, en centre Bretagne, pour affronter les équipes de Gregam (Grandchamps, 56) et Ploërmel. Votre fidèle narratrice n’a malheureusement pas pu être présente lors de cette journée. Frustrée, elle vous propose donc une Journée d’Open dont vous êtes le héros, afin d’avoir le sentiment de  vivre elle aussi un peu ce nouveau moment glorieux des Verts et Rouges.

1.       C’est l’heure du départ. Mais d’ailleurs, quel jour sommes-nous ?

a. Samedi. Vous êtes un joueur, rendez-vous en 2.

b. Dimanche. Vous êtes Migwell, notre valeureux président et courageux arbitre, rendez-vous en 3.

2.       Vous vérifiez le contenu de votre sac.

a. Votre undershirt est bien blanc, vous avez le haut ET le bas de votre uniforme (et les numéros du haut et du bas correspondent !) : c’est un sans faute, poursuivez votre chemin (en 4.)

b. Vous vous apercevez que vous avez oublié un truc. Vous êtes Davy. Poursuivez quand même votre chemin (en 4) parce qu’on a besoin de vous, mais attention la prochaine fois…

c.  Il y a des leggings rouges dedans. Vous êtes Charbo. Vous n’êtes pas censé être là aujourd’hui, rentrez chez vous (redémarrez à la case départ).

3.       Vous partez dimanche, de bon matin, avec sous le bras votre tenue d’arbitrage et votre bonne humeur. Lorsque vous arrivez, les Verts et Rouges sont déjà en train de faire leur photo d’équipe.

a. Vous vous réjouissez qu’ils y aient pensé, vous attendrissez devant leur visible cohésion, les laissez faire, et profitez du moment pour enfiler votre tenue. Poursuivez en 27

b. Vous tentez un photobomb pour avoir, vous aussi, un souvenir de la journée. Dans la précipitation, vous glissez sur une toastinette à croque-monsieurs. Vous perdez votre aura de président, c’est l’apocalypse, tout va mal. Bref, retour à la case départ.

4.       Vous arrivez à Ploërmel, dont le gymnase tente de concurrencer le Petit Kerzu du point de vue des températures.

a. Vous vous échauffez consciencieusement, comme coach Ronn et coach Moon vous l’ont enseigné. C’est très bien, poursuivez en 5.

b. Vous faites le mariole et lancez des fusées sans vous échauffer. Vous vous détruisez l’épaule et votre saison de softball est terminée. Retour à la case départ, ça vous apprendra à ne pas respecter les consignes.

5.       Ca y est, vous êtes fin prêt pour le premier match, qui vous opposera à vos hôtes du jour, les Wizards de Ploërmel. Le line-up est annoncé. Et alors, vous jouez quel poste ?

a. Lanceur, 3è frappeur. Vous êtes Ronn, rendez-vous en 8

b. Catcheur, 4è frappeur. Vous êtes Mumu, rendez-vous en 9

c. Première base, 2è frappeur . Vous êtes Moon, rendez-vous en 7

d. Deuxième base, 8è frappeur. Vous êtes Juju, rendez-vous en 13

e. Troisième base, 5è frappeur. Vous êtes Xan, rendez-vous en 10

f. Shortstop, 7è frappeur. Vous êtes Alex, rendez-vous en 12

g. Champ gauche, 9è frappeur. Vous êtes Franck, rendez-vous en 14

h. Champ centre, 1er frappeur. Vous êtes Davy, rendez-vous en 6

i. Champ droit, 6è frappeur. Vous êtes Hélène, rendez-vous en 11

j. On vous garde au frais pendant la première partie du match, afin de ne pas trop vous épuiser pour votre 2è jour dans l’équipe compétition. Vous êtes Corentin, rendez-vous en 16

k. On vous laisse le temps de vous réveiller en douceur sur le banc pendant le début du match, afin de ne pas rendre votre retour parmi les softballeurs trop violent. Vous êtes Goulven, rendez-vous en 15

6.       Playball ! Votre équipe commence en attaque. Vous plantez vos mollets dans le revêtement du gymnase, avec la ferme intention de frapper un home run dès votre premier passage au bâton, histoire de montrer aux Wizards de quel bois vous vous chauffez. La lanceuse ploermeloise, stratège, refuse de vous lancer la balle pleine zone, pour éviter la catastrophe. C’est finalement sur un BB que vous rejoignez la première base (et d’ailleurs, c’est ce qui vous arrivera pour vos trois passages au bâton dans ce match, dommage). De dépit, vous ne volez aucune base et profitez des frappes, BB et WP des autres pour rentrer  à la maison (2 fois dans le match ; la troisième, vous êtes retiré au marbre sur une relance du champ centre. C’est qu’il a du bras, le champ centre !). Goulven prend votre place au bâton pour la deuxième manche. En défense, votre gant est au chômage technique ; vous n’avez aucune opportunité d’impressionner la foule par un de ces plongeons dont vous avez le secret…. Franck vous remplace alors pour la dernière manche. Vivement le prochain match ! Poursuivez en 17

7.       Grande fan de Davy, vous imitez sa stratégie pour monter sur base lors de votre premier passage au bâton : c’est un BB qui vous offre l’accès en première base. Mais on ne vous la fait pas deux fois, à vous : dès votre deuxième passage au bâton, vous y préférez un hit en champ gauche (c’est beaucoup plus chic !). Vous variez les plaisirs et, après un nouveau BB lors de votre second passage au bâton, vous faites travailler le champ droit en frappant sur lui durant la deuxième manche. En défense, vous protégez la première base durant les deux premières manches, comptabilisant ainsi 2 retraits et une assistance (sur 3 frappes, c’est pas trop mal !). C’est également avec succès que vous remplacez Ronan au lancer, ne laissant aucun point rentrer. Satisfaite, vous poursuivez votre journée, rendez-vous en 17

8.       Les BB, c’est pas votre truc ! Alors certes, ça a permis aux deux premiers frappeurs, Davy et Moon, de monter sur base, mais vous, vous préférez frapper. Et quand vous frappez, ça rigole pas ! Votre hit en champ centre, alliée à votre vitesse de course qui ferait pâlir d’envie le plus rapide des guépards, vous permet d’arriver directement en 2. Vous vous contentez ensuite de deux simples, d’abord sur la troisième base, puis à nouveau sur ce malheureux champ centre, qui n’a pourtant rien demandé. Bon prince, vous finissez par sacrifice-bunter sur le lanceur pour permettre à Moon d’avancer lors de votre quatrième passage au bâton. Côté défense, vous faites tourner la tête à trois frappeurs : trois KS ! Aucun point rentré avant de passer le relai à Moon en début de 3è manche, good job. Vous la remplacez en première, mais, fait peu commun, vos coéquipiers font de tels fielder choices que vous ne touchez plus la balle jusqu’à la fin du match…  Poursuivez en 17

9.       En tant que Bretalsacienne, vous avez la tête dure, et il n’est pas question de vous faire sortir par la lanceuse. Vous gardez votre sang froid et profitez de deux BB, puis d’une erreur, pour monter sur base ; le travail de votre équipe vous permet alors, par trois fois, de rentrer saine et sauve à la maison. La seconde base, alerte, refuse de vous laisser passer une quatrième fois et vous élimine on ne peut plus classiquement en relançant en première. En défense, zéro pass ball au compteur, vous pouvez être fière de vous ! Continuez en 17

10.   Vous aussi, comme Davy, vous avez à cœur de défendre votre réputation de gros frappeur. La lanceuse le sent venir et vous accorde trois fois de suite des BB, et le travail collectif fait le reste : encore des points pour les Dubliners ! Jaloux de Ronn, vous concluez vos attaques par un beau hit en champ centre (encore lui !) qui vous permet, comme lui, de prendre deux bases. Côté défense, vous vous ennuyez ferme jusqu’à la troisième manche, durant laquelle vous faites 2 morts, dont un à vous tout seul (rien que ça… Gourmand !). Poursuivez en 17

11.   Vous, vous n’aimez pas faire comme tout le monde : vous frappez d’abord un hit, PUIS vous montez sur BB. Suite à votre hit, vous galopez fièrement et avec insouciance vers la 2, crinière au vent, mais ce fourbe d’Alex frappe sur le shortstop : retirée par la joueuse de seconde base, vous terminez à la boucherie chevaline en laissant derrière vous une trainée d’arcs-en-ciel… Merci pour votre sacrifice, petit poney. Bon, on ne vous la fait pas deux fois : lors de vos at bat suivant, vous couchez les oreilles et ruez un coup sur Alex avant de partir. Il respecte alors votre statut de chef de troupeau ; cela vous permet de rentrer deux points pour l’équipe. Côté défense, vous vous chassez les mouches avec Davy. C’est vachement beau à voir, un jeu d’infield, vu d’ici ! Emerveillée, vous attendez avec impatience le prochain match. Poursuivez en 17

12.   En tant que 7e frappeur, vous avez eu tout l’heur d’observer vos coéquipiers trouver avec succès le chemin de la première base (ou plus, si affinités). Il n’est donc pas question pour vous de déroger à la règle. Vous montez donc deux fois sur base (dont une fois au détriment d’Hélène : quelle idée, aussi, de frapper sur le shortstop !), et vous offrez même le luxe de voler une base, avant de laisser votre place au bâton à Corentin pour la suite des hostilités. En défense, c’est Goulven qui vous remplace, mais rassurez-vous, les ploermelois ne l’aiment pas plus que vous : lui non plus n’a pas de balles… (Patientez sur le banc, puis poursuivez en 17).

13.   Ca y est, c’est à vous ! Vous buntez sur la première base et êtes sauvée de justesse par sa mauvaise relance en première à la lanceuse, ce qui vous permet d’arrivez safe ET à Alex d’avancer jusqu’en 3, bravo ! Les choses se corsent lorsque vous frappez, comme Alex, sur le shortstop ; heureusement, il cafouille avec son gant et vous gagnez une nouvelle fois la une. Assez de sensations fortes pour vous : vous profitez d’un BB pour monter une troisième fois sur base. Durant les phases défensives, vous êtes parmi les joueurs les plus sollicités et réussissez trois assists sur trois FO, chapeau ! Poursuivez en 17

14.   C’est non sans fierté que vous rejoignez le club très fermé des « double-hiters », et ce dès votre premier passage au bâton. Votre deuxième passage se solde par un hit by pitch, douloureux mais utile : merci ! Un deuxième hit caractérise votre troisième passage à la batte, bravo. En défense, vous vous joigniez au troupeau des champs, composé au départ d’Hélène et Davy, et laissez finalement votre poste de champ gauche à Corentin pour prendre celui de champ centre de Davy.  Poursuivez en 17

15.   Vous assistez presqu’en entier à la longue première manche depuis le banc. Vous ne boudez donc pas votre plaisir quand c’est enfin à vous d’entrer en piste à la place de Davy au bâton ! Bon, ce n’est pas la meilleure frappe que vous ayez jamais réalisée : pas de chance, le joueur de troisième base relance en première et vous élimine. En défense, où vous prenez la place d’Alex, vous n’êtes pas beaucoup plus chanceux et aucune balle n’est frappée sur vous… Les Ploermelois avaient sans doute trop peur de votre vélocité ! On verra bien au prochain match si vous êtes plus verni… Poursuivez en 17

16.   Vous tenez compagnie à Goulven sur le banc pendant une bonne partie du match, mais finissez vous aussi par rentrer en prenant la place d’Alex à la frappe. Vous frappez un hit la première fois, mais, trop sûr de vous, vous laissez le lanceur vous jouer des tours lors de votre second passage et le troisième strike vous passe sous le nez alors que vous n’avez même pas eu le temps d’engager votre swing. En défense, où vous remplacez Franck, pas plus d’activité pour vous que pour vos camarades d’outfield, mais vous pourrez dire que vous y étiez ! Poursuivez en 17

17.   Vous rejoignez votre équipe sur le banc, où vous vous félicitez pour cette première victoire 23 à 0. Fairplay, vous congratulez aussi vos adversaires et remerciez les arbitres et les scoreurs. Vous avez ensuite quelques instants de pause avant d’enchaîner sur le deuxième match, contre Gregam. Que faites-vous pendant la pause ?

a. Barre de céréales, étirements, boisson, toilettes : la rationalité et l’organisation, c’est la vie. Vous êtes bien en forme pour le prochain match, poursuivez en 18

b. Vous descendez une bière : après tout, c’est aussi des céréales, donc c’est énergétique. Vous êtes un vrai Dub’, félicitations : poursuivez en 18

c. Vous décidez que vous voulez rester sur cette victoire et ne pas jouer le deuxième match. C’est pas très sport : rentrez chez vous et restez-y. Retour à la case départ.

18.   Vous êtes à nouveau réuni avec le reste de votre équipe et prêt à en découdre avec vos seconds adversaires de la journée, les Griffons de Gregam. Le line up annoncé est sensiblement similaire à celui du premier match. Alors, ce coup-ci, ça donne quoi pour vous ?

a. Vous avez toujours préféré les duos aux boys bands : vous composez la batterie, rendez-vous en 19

b. Nerveux dans l’âme, vous jouez en infield. Rendez-vous en 20

c. Courir vite et loin, faire des mouvements amples et des lancers à perpet’, c’est votre truc : vous jouez en outfield, rendez-vous en 21

d. Frapper, c’est le plus rigolo : vous êtres frappeur désigné, rendez-vous en 24

e. Vous êtes pour l’instant sur le banc : rendez-vous en 25

19.   Chic, chic, chic, vous composez la batterie. Alors, lanceur ou catcheur ?

a. Lanceur, rendez-vous en 22

b. Catcheur, rendez-vous en 23

20.   Vous composez l’infield avec trois de vos coéquipiers. C’est le moment de mettre en application tout ce que vous avez appris en ramassant des milliers de grounders à l’entraînement ! Vous le savez, il faut garder l’œil  et le gant ouverts, et ne laisser passer aucune balle. La tension est à son comble, mais vous assurez le coup : vous et vos collègues ne laissez vos adversaire rentrer que trois points sur l’ensemble du match. Côté attaque, vous ne vous laissez pas faire non plus et montez sur base. Vos collègues et vous-mêmes transformez ces actions en points, et seul un joueur par manche est laissé sur base. De quoi vous assurer la victoire !  Continuez en 26

21.   En défense, vous espérez avoir plus de boulot qu’au premier match ; mais votre simple présence dans l’outfield suffit à convaincre les Griffons de ne pas frapper trop loin trop souvent. Vous êtes tout de même sollicité à quatre reprises suite à des hits dans votre zone, c’est pas mal ! En attaque, vous tâchez de vous aligner sur la dynamique collective, avec plus ou moins de succès… Mais les points rentrent pour votre équipe et vous remportez le match, bravo ! Continuez en 26

22.   Vu votre excellent performance au même poste lors du premier match, tout le monde espère de vous que vous serez encore assez en forme pour faire du bon travail sur ce match. Vous ne les décevez pas et êtes mêmes, selon les dires de coach Moon, « quasi magistral au lancer ». Mazette ! En attaque, vous rentrez deux points, contribuant ainsi encore une fois à la victoire de votre équipe. Tout le monde vous adore ! Poursuivez en 26

23.   Vous enfilez votre attirail pour la seconde fois de la journée. L’excitation du match vous fait rapidement oublier la complainte de vos quadriceps, tant mieux ! Vous faites la paire avec votre lanceur, et votre travail conjoint permet de retirer des frappeurs adverses. Niveau attaque, vous n’êtes pas au top de votre forme. Mais cela n’empêche pas votre équipe de remporter la rencontre… Poursuivez en 26

24.   Vous êtes missionné par la grande Manitou, aka coach Moon, pour frapper à sa place. Pas question de faire des bêtises ! Vous êtes patiente sur votre premier passage au bâton et jugez bien les balles : un BB vous permet de rejoindre la première base, puis vous volez la deuxième. Les frappes de vos coéquipiers vous font rentrer au marbre. La deuxième fois, pas de chance, le champ centre fait le choix de vous éliminer vous, plutôt que de risquer un autre jeu. Votre équipe est fière de vous et remporte la rencontre. Poursuivez en 26

25.   Vous encouragez votre équipe et votre soutien porte ses fruits : les points rentrent ! On vous fait rentrer en fin de match, mais vous n’avez pas vraiment le temps de jouer… Vous êtes fier de votre équipe qui vainc ses adversaires pour la seconde fois de la journée. Poursuive en 26

26.   Ca y est, vos deux matchs de la journée sont terminés : vous avez battu Ploërmel 23 à 0 et Grand-Champ, 10 à 3. Vous serrez la main de vos adversaire et des arbitres, prenez enfin le temps de déjeuner, puis faites une jolie photo souvenir. Mais pas question de rentrer tout de suite à la maison ! Qu’est-ce que vous faites, alors ?

a. Vous rejoignez notre cher Migwell pour l’aider à arbitrer le troisième match de la journée, sur base : rendez-vous en 27

b. Y’a pas que les arbitres dans la vie ! Vous prenez place à la table de scorage avec l’un de vos coéquipiers : rendez-vous en 28

c. Un match de soft, c’est toujours mieux avec du public : vous assistez au dernier match depuis le bord du terrain. Rendez-vous en 29

27.   Vous annoncez le playball du troisième match de la journée, qui verra s’affronter Gregam et Ploërmel, vos deux adversaires de la journée. Vous vous réjouissez d’être à deux pour arbitrer ! Qui plus est, le match est très serré : il y a plein de choses à voir et vous vous régalez. Les autres membres de l’équipe brestoise vous sont, en outre, très reconnaissants de mener à bien cette mission d’officiel. Bref, tout va pour le mieux ! Poursuivez en 30

28.   Une fois installé à la table de scorage, vous faites la Prière du Scoreur : « Seigneur, faites que les joueurs ne fassent pas trop d’actions bizarres et que les coachs ne demandent pas trop de changements ; accordez-moi des line-up lisibles et un crayon qui fonctionne. Amen ». Puis vous vous mettez au boulot : bon, ça va, jusqu’au 5è frappeur, vous n’avez que de gentils jeux à reporter, avec des hits tout normaux et tout ça, et aucune erreur. Les choses se corsent en 2è et 3è manches, où vous devez inscrire des OBR. Mais vous vous en sortez ! Vous concluez fièrement le match par un joli cercle pour retirer l’auteur malheureux d’une pop sur le lanceur. Mission accomplie, rendez-vous en 30

29.   Vous appliquez la tactique de l’oignon : vous emmitoufler dans 63 couches de vêtements pour survivre au froid ploermelois. Ca ne marche pas bien, mais vous trouvez un peu de réconfort en regardant le match qui se joue sous vos yeux, très serré. Aussi neutre que la Suisse, vous encouragez ça et là, et un peu au hasard il faut le dire, l’une ou l’autre des équipes, et vous réjouissez de voir tel ou tel beau jeu. Nice ! Poursuivez en 30

30.   La journée est déjà terminée… Il ne vous reste plus qu’à remercier vos hôtes pour leur accueil et à se promettre de remettre ça le plus tôt possible ! Puis il est temps de remonter dans les voitures, à faire les deux heures de route qui vous séparent de votre chez-vous et à vous mettre au lit pour faire de beaux rêves de softball…

Voilà pour la journée ! Un grand merci aux Wizards de Ploërmel pour leur accueil. Merci aux arbitres, brestois ou non, pour leur travail (un merci tout particulier à Migwell qui s’est déplacé loin « juste » pour arbitrer !). Merci bien évidemment aux scoreurs, sans qui j’aurais été bien en peine pour résumer la journée… Merci aux chauffeurs brestois : Mumu, Franck et Ronn, on vous revaudra ça !

On se quitte, comme toujours, sur le petit commentaire de coach Moon : « Multipliant les matchs depuis trois semaines, les FLSM de Brest, avec une défense et un pitching parfait, n’ont laissé aucune chance à la jeune équipe de Ploërmel (score final : 23/0). Le deuxième match, enchaîné après une courte pause, fut plus disputé face à Gregam. Ronan Kermaïdic a été quasi magistral ay lancer, malgré la fatigue en toute dernière manche. Score final : 10/3. Le dernier match de la journée, qui voyait s’opposer Gregam et Ploërmel, fut plus indécis, et finalement remporté par Gregam lors de sa dernière attaque. Score final 13 à 11. Brest est en tête de l’Open avec ses 4 victoires. »

Prochaine journée le 18 décembre à Grand-champ. D’ici là, portez vous bien !

4 réflexions sur « La journée d’Open dont vous êtes le héros »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.