« Une bien belle copie » rendue par les Dubliners lors des Phare Ouest Series

Avant de débuter le récit des Phare Ouest Series, nous tenons à exprimer à nouveau notre plus sincère soutien à l’équipe de Lannion, dont l’un des joueurs a tragiquement perdu son épouse il y a quelques semaines. En ces circonstances, le tournoi a débuté par une minute de silence. Que Fred, et ses coéquipiers, soient assurés que le ton amusé cet article n’enlève rien à toute notre tristesse et toute notre considération suite à ce drame.

Les tournois de softball, c’est toujours enthousiasmant. Que le tournoi se déroule chez nous rendait la chose encore plus émoustillante. Mais alors, quand on a su que les Web’s de Noisy-Le-Grand, et surtout leur lanceuse Laurence Cornaille, qui fait partie de la rotation de lanceuses de l’équipe de France, allaient se joindre à nous pour deux jours de compétition au Petit Kerzu (l’équivalent brestois du Yankee Stadium le temps d’un week-end), notre excitation nous a faits sauter au plafond !

Tout le monde croit que les hostilités ont commencé samedi matin. En fait, ce n’est pas tout à fait exact : l’équipe organisatrice était sur le pied de guerre depuis plusieurs semaines. Alors avant même de vous raconter la suite, remercions Mumu, Hélène, Juju, Adri et Dubby d’avoir écourté leurs nuits pour permettre à tous de passer un excellent week-end !

Le samedi matin, réveil au clairon de bon matin pour tous les softballeurs ainsi que pour Thomas (baseballeur de son état ; on fait tous des erreurs, pardonnons-le!), Liam et Youna, qui nous ont rendu un fier service en tenant la buvette tout le week-end. C’est grâce à eux que vous avez tous eu du mal à courir en première après les croque-monsieurs (bravo aux futés qui avaient prévu le coup et choisi un sandwich) ! Non, je plaisante ; pour de vrai, un grand grand merci à eux d’avoir bravé le froid kerzu-zien pendant deux jours complets pour nous aider.

Bon, donc, je reprends (c’est pas tout de s’autocongratuler, un moment donné il faut aussi jouer au softball, hein, on est quand même venus pour ça) : réveil au clairon, installation du terrain, accueil des autres équipes, et c’est parti. Rappel des présents : les Web’s de Noisy-Le-Grand, les Seadogs de Lannion, les Black-Panthers de Bréal-sous-Monfort, les Mariners de Nantes et, bien sûr, les Dubliners de Brest.

Un traditionnel Lannion-Brest pour commencer : on l’a déjà fait des dizaines de fois, mais ce qui est passionnant, c’est que les dés ne sont jamais jetés. La tension était donc à son comble face aux costarmoricains, renforcés pour l’occasion par Alex Marcati de Limeil-Brévannes. Malgré quelques curves déboussolantes pour qui n’en a pas l’habitude et l’oeil attentif de la catcheuse Mathilde Djahel, les Saint-Marcois parviennent tout de même à prendre l’avantage et à démarrer leur week-end en fanfare en s’imposant 6 à 1 face aux Seadogs.

Pendant les deux matchs de repos qui ont suivi, on a eu super froid (bon, c’est pas plus mal, du coup on a super bien fait marcher notre propre buvette en achetant tout plein de boissons chaudes). Les autres équipes, sans doute moins : Nantes a affronté l’équipe de Noisy puis Lannion, celle de Bréal. Votre serviteuse vous en dirait bien plus, mais elle était occupée à contribuer à la préparation des croque-monsieurs maléfiques (dont elle fut elle-même la malheureuse victime par la suite, signalons-le tout de même) pendant ces événements. Si elle en croit son petit doigt (et les feuilles de scorage), elle peut quand même vous raconter que les Nantais ont sué face à des Noiséens très en forme, pour qui Florent Roucan signe le premier home run du tournoi. La performance est à saluer dans un gymnase dont le plafond semble désespérément trop bas à tout frappeur un peu costaud. Le match s’achève donc sur une victoire noiséenne 15 à 0. Les choses sont moins tranchées pour le troisième match de la matinée : les deux équipes sont au coude-à-coude jusqu’à la dernière manche, mais Lannion finit par s’imposer face à Bréal 6 à 4.

Les Dubliners entrent alors en piste pour la seconde fois de la journée. Cette fois-ci, c’est l’équipe de Noisy qu’il faut affronter. L’excitation initialement décrite fait place à une fébrilité certaine : quédiou, qu’est-ce qu’elle lance vite ! Les moins aguerris des Brestois se sentent un peu comme de jeunes footballeurs qui devraient affronter Zidane ; les plus expérimentés luttent eux aussi pour monter sur base. Davy Sananikone déchaîne les supporteurs brestois en frappant deux coups sûrs sur trois passages au bâton. Une clameur s’élève également lorsque Mickaël Boulzennec troue son dernier short encore intact en slidant au marbre pour arracher le troisième point pour son équipe. Malgré tous ces efforts, les Noiséens gagnent le match d’un point (4 à 3) face à des finistériens fatigués mais néanmoins satisfaits.

Deux matchs clôturent ensuite la journée : Nantes-Bréal et Lannion-Noisy. Durant le premier match, le lanceur nantais tente une nouvelle stratégie : décourager l’équipe adverse à coup de hits by pitch. Malheureusement pour lui, on joue en balles molles et les bréalais sont solides (surtout Seb, qui a probablement 2 jolis bleus : au moins, il aura plus de souvenirs du tournoi que les autres !) : ils se battent donc vaillamment malgré ces assauts, ce qui leur permet de s’imposer d’un point (14 à 13). Le dernier match, enfin, est pour la troisième fois de la journée à la faveur de Noisy, qui vainct 8 à 4 nos camarades lannionais. Ces derniers n’ont pas démérité : on ne dénombre que très peu d’erreurs de la défense et Louise Le Chenadec n’accorde qu’un seul but sur balles aux franciliens. Bravo aux Noiséens qui frappent beaucoup de hits et sont agressifs sur base.

Un tournoi n’est pas un tournoi sérieux sans soirée : celle des Phare Ouest Series avait pour thème les années 90. Après s’être affrontées sur le terrain, les équipes ont pu prendre leur revanche en se bataillant autour de trois quizz. C’est une lutte acharnée entre les tables pour savoir qui remportera le plus d’images panini de joueurs de foot de la fin de siècle ! Votre narratrice, pur produit des années 90, est bien en peine pour identifier des chansons ou des personnages de séries. Ses voisins, adolescents dans les 90’s, se livrent quant à eux corps et âmes dans la bataille et arrachent quelques points. Le savoir professoral de Rookie en impose et il gagne lui aussi son image panini en répondant doctement à une question sur les fêtes maritimes brestoises (avouez que vous êtes déçus, vous auriez préféré que je vous annonce un truc bien croustillant, du style « Rookie connaît tous les personnages des Feux de l’amour par coeur » ! Désolée…). La soirée se poursuit ensuite autour d’une paëlla cuisinée tout l’après-midi par Max, du Foyer Laïque Saint-Marc. Merci à lui ! Afin que chacun garde une réputation décente, nous passerons sous silence le reste des hostilités… Mais sachez tout de même que tout le monde est arrivé à l’heure et prêt à jouer le lendemain matin ! Bel exploit…

Le dimanche, les Saint-Marcois entrent sur le diamant à 9h pétantes face aux Nantais. Là aussi, un grand classique ! Le début de match est très difficile pour les brestois : Xan Tari, débutant au lancer, peine à trouver la zone de strike et accorde plusieurs buts sur balles. Les Nantais en profitent pour engranger les points. Xan est alors relevé par Ronan Kermaïdic. Malgré une absence d’échauffement au lancer, celui-ci parvient à retirer des joueurs et le calvaire de première manche des Dubliners prend fin. Au cours des manches suivantes, ils rattrapent leur retard au bâton et s’imposent 9 à 8 face aux Mariners.

Le deuxième match de la matinée opposait Bréal et Noisy. Philippe Frémont, coach bréalais, également lanceur sur ce match, exulte lorsqu’il parvient à sortir des noiséens par strike out, et plus encore lorsqu’il touche le marbre et marque l’un des trois points pour son équipe. Son enthousiasme débordant s’illustre par une course les poings en l’air sur toute la longueur de son banc en plusieurs aller-retours… Un bon aperçu de l’excellent état d’esprit de cette équipe même dans les moments difficiles ! Les Noiséens prennent néanmoins largement le dessus et le match s’achève avec 20 à 3 en leur faveur.

Les deux derniers matchs de qualification ont vu s’affronter Nantes et Lannion d’abord, et Bréal et Brest pour terminer. Les Nantais, décidément en forme, battent les Lannionnais 11 à 6. Les Brestois trouvent eux aussi une issue positive à leur match en battant Bréal 18 à 3. THE action du match : Mélanie Saumard, rookie de l’équipe, qui met un terme à la rencontre en rattrapant une pop frappée par Nathalie Frémont de Bréal. Bravo Mel’ pour cette dernière action !

Si vous avez tout bien suivi, vous vous êtes rendus compte que trois équipes pouvaient prétendre à la qualification pour la « petite finale », en signant toutes les trois une victoire pour trois défaites : Bréal, Lannion et Nantes. La comparaison du nombre de points encaissés sur l’ensemble des matchs a permis de trancher : Lannion et Bréal allaient donc s’affronter pour la troisième place du tournoi. Le match est serré mais les Lannionais finissent par s’imposer 9 à 8 en quatre manches.

Le moment tant attendu arrive enfin : la finale. Même le Papa et la Maman de votre serviteuse sont venus pour y assister, c’est vous dire comme l’instant est important ! Les Brestois sont remontés comme des coucous suisses et ont bien l’intention de se venger de leur défaite de la veille contre les Noiséens. Pour la défense, Ronan Kermaïdic est sur la plaque, catché par Eléonore Martin ; l’infield est couvert par Xan Tari en 3, Alexandre Cottin en shortstop, Claire de Bellefon en 2 et Muriel Schillinger en première ; en outfield, Franck Péan en champ gauche, Davy Sananikone en champ centre et Hélène Jézégabel en champ droit. Les Noiséens sont des adversaires coriaces et mettent d’emblée la pression aux Saint-Marcois. Les Dubliners ne se laissent pas faire : ils ne font que peu d’erreurs et signent de très belles actions au fil des manches, tel le dive à plat ventre sur plusieurs mètres de Davy Sananikone, qui lui permet de rattraper une belle texas du bout du gant, ou encore la puissante line drive rattrapée in extremis par Alex Cottin. Les duels entre la lanceuse noiséenne et les attaquants brestois sont acharnés ; ces derniers peinent à monter sur base et à entrer des points. Les Noiséens remportent la rencontre 5 à 1, au terme d’un match unanimement apprécié. Merci aux Web’s pour la qualité de cette rencontre, et merci aux supporters ! C’est sur cette note que se sont achevées les Phare Ouest Series 2016. Merci à tous d’être venus, et vivement les suivantes ! Merci aussi aux officiels, tous clubs confondus, qui ont rendu possibles toutes ces rencontres.

Et pour finir, le petit mot de coach Ronn : « Pour une première sortie avec son effectif quasiment au complet, l’équipe a rendu une bien belle copie, dans la ligné de l’Open Speed Batting de Lannion, auquel quelques joueurs avaient participé le premier dimanche d’octobre. Elle a su rester combative tout au long du week-end, à l’instar du match contre Nantes, durant lequel elle est menée de deux points deux manches durant, avant de le remporter dans les derniers coups de batte. Ces Phare Ouest Series nous ont permis de faire un état des lieux des capacités de chacun mais aussi du collectif. Certes, tout n’était pas parfait, mais à l’aube de l’indoor, les voyants sont au vert pour les Verts Et Rouges ! »

Classement final :

1. Noisy-le-Grand (Web’s)

2. Brest (FLSM Dubliners)

3. Lannion (Seadogs)

4. Bréal-sous-Montfort (Black Panthers)

5. Nantes (Mariners)

Quelques images du tournoi, diffusées par la chaîne de télévision Tebeo (à partir de 3’55)

Les photos prises par les brestois (merci à tous les photographes !). Certaines sont un peu floues, on s’en excuse… :unsure:

Les photos que les Lannionais nous autorisent gentiment à partager ici (elles sont plus réussies que les nôtres, chapeau ! Et surtout merci pour le lien :good:  ) !

Et pour finir, les plus belles photos de la soirée, que vous attendiez tous : les photos des appareils photos jetables !!! Félicitations à ceux qui ont réussi à faire des photos ni floues, ni trop sombres B-)

N’hésitez pas à jeter un oeil aux statistiques du tournoi. Un grand merci à Adrien Garnier, qui s’est occupé de retranscrire toutes les feuilles de scorage (un travail titanesque le temps d’un week-end !) afin de pouvoir produire ces statistiques !

5 réflexions sur « « Une bien belle copie » rendue par les Dubliners lors des Phare Ouest Series »

  1. Vi, je suis bien d’accord avec Hélène : un bien bel article, avec une non moins belle et pertinente introduction. Bref, de l’excellent travail ! :good:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.