Le championnat régional de baseball Bretagne touche à sa fin : bien qu’il reste quelques matchs de classement à jouer, les vainqueurs sont déjà connus. La Guerche et Rennes terminent respectivement premier et deuxième ; l’équipe brestoise s’offre, quant à elle, la troisième place. Un résultat très satisfaisant pour le réveil de cette équipe en sommeil depuis plusieurs années. Retour sur les derniers matchs joués. Merci à Hervé, aka Poulpi, pour le résumé de la petite finale !

 

Samedi 10 et dimanche 11 juin 2017 : 3 matchs contre les gars de la grande ville, que c’est

Samedi 10 juin, terrain du Bouguen : les Brestois, en grand nombre, accueillent les Redwings de Rennes. Afin de ne pas trop effrayer les Poulets Label Rouge, le traditionnel barbecue de bienvenue est repoussé au soir.

Premier match du week-end : playball à 15h. Alexandre Cottin commence sur le monticule, en batterie (je sens en moi poindre un nouveau jeu de mot combinant les mots « poulets » et « batterie », mais une petite voix me dit que j’ai déjà usé tout mon quota de jeux de mots douteux pour l’année) avec Boris Nicolas. Démarrage presque en trombe : s’il concède un but sur balle au premier frappeur rennais, il élimine par strike out le second et laisse sa défense gérer avec brio les frappes des deux joueurs suivants. « Ca, c’est fait ! », comme qui dirait. Niveau attaque, les Vert et Rouges sont plutôt diesel (sauf Alex, qui frappe un HR dès son premier passage : en forme, le garçon !) : deux K et une pop pour cette première manche en attaque, on les a déjà vus faire mieux. Fâchés, ils ne concèdent néanmoins aucun point aux Rennais sur la deuxième manche, et en inscrivent eux-mêmes trois ; presque quatre, si notre Poulpi national ne s’était pas fait un claquage entre la trois et le marbre (bon rétablissement à lui !). Réveil des Brétilliens en troisième manche, qui égalisent grâce à la patience de Fabien Hamon (BB) et aux beaux doubles frappés en champ centre et champ droit frappés par Steven Gastinger puis Matthieu Brau. Alex Cottin met fin à leur progression en sortant par strike out le cinquième frappeur. Tangi Curet sauve quant à lui la phase d’attaque des Saint-Marcois : il frappe un double en champ droit et profite des pass ball adverses pour progresser jusqu’au marbre, inscrivant ainsi le seul point de la demi-manche. Lors de la quatrième reprise, les Redwings se déchaînent et inscrivent trois points, malgré un efficace relai au marbre (via le lanceur) de Goulven Sévère depuis le champ centre en milieu de manche, qui permet d’éliminer un joueur. Plutôt que de tendre l’autre joue, les Brestois ripostent et rentrent 5 points. Galvanisés par cette performance, ils empêchent leurs adversaire de marquer quelque point que ce soit jusqu’à la fin de la rencontre, et creusent l’écart en marquant un point sur chacune des deux manches restantes. Le premier match s’achève donc par une victoire 12 à 6 pour les Finistériens. Une victoire à célébrer dans la soirée !

Dimanche 11 juin : les Rennais reviennent prêts à en découdre.

Match 2, playball à 11h. Coach Thomas Ronzeau fait rapidement les frais de leur détermination : le lanceur rennais Steven Gastinger et son catcheur Laurent Lucas l’éliminent par strike out. Alexandre Cottin et Tangi Curet parviennent à rentrer chacun un point, mais c’est une bien maigre consolation face aux sept points qui s’abattent sur leur équipe durant la phase d’attaque des Poulets. Lors de la seconde manche, Victor Santos, qui lance pour les Vert et Rouges, est beaucoup frappé et les Rennais ne leurs font pas de cadeaux en volant base sur base et en profitant de chaque erreur pour gagner des bases supplémentaires. Les Saint-Marcois encaissent donc six points et n’en mettent que la moitié durant leur attaque. Ce sera, d’ailleurs, les trois derniers points qu’ils parviendront à marquer dans la rencontre. Les Redwings, eux, ne s’arrêtent pas là et marquent encore 5 points pendant les deux manches suivantes. Bilan de ce second match : défaite des Brestois 18 à 5.

Un troisième match est donc nécessaire pour départager les deux équipes, dont le playball est annoncé à 14h. Les Rennais annoncent immédiatement la couleur : 11 points marqués dès la première manche, avec une seule frappe en champ mais de bons choix au bâton et au niveau des courses. Les Brestois sont bien en peine pour remonter ce score et ne passent le marbre qu’à trois reprise durant leur attaque. Les poulets poursuivent le match doucement, mais sûrement : 2,2 et 3 points lors des trois reprises suivantes. Les Saint-Marcois inscrivent péniblement un total de deux points sur les deux manches suivantes : leurs balles frappées en fly sont rattrapées de volée. Malgré un gros sursaut en 5è manche (5 points marqués, 0 pour leurs adversaires) face à des Rennais qui commencent à fatiguer, les Brestois restent derrière au score. Le point marqué lors de la dernière manche ne suffira pas à remonter. La rencontre se conclut donc en faveur des Redwings, qui l’emportent 18 à 11.

Les Vert et Rouges laissent ainsi filer leur ticket pour la finale et se battront pour la troisième place face aux Black Panthers de Bréal-sous-Monfort. Félicitation aux Rennais pour leurs deux victoires et merci aux arbitres (Michel Palud, Clément Bizeray, Bastien Molinier, Davy Sananikone) et aux scoreurs (Adrien Garnier, Isabelle Quioc, Alwenna Nerriec, Aude Georgelin, Franck Péan, Sophie Constant) d’avoir officié.

 

Dimanche 25 juin 2017 : finale chevaleresque contre les panthères noires

Faute de terres disponibles dans la Cité du Ponant, les valeureux guerriers brestois se sont vus proposer par les soldats de la légion Black Panthers leur champ de bataille.

C’est ainsi, par un matin radieux de l’an de grâce 2017, que les 9 héros s’en sont allés défendre l’honneur et les couleurs du clan FLSM. Ils s’en sont allés sous les acclamations et les hourras du Petit Peuple (les serfs, les malandrins, les mendiants, les aveugles, les cul-de-jatte) et bien sur les bourgeois et les nobles. Enfourchant leurs nobles destriers, nos nobles héros chargèrent armes, couvertures, victuailles et boissons désaltérantes préparées par les druides et sorciers de la tribu. Avant de narrer leurs grandioses aventures dignes d’une nouvelle tapisserie de Bayeux, je m’octroie l’honneur de vous présenter ces preux chevaliers :
En tout bien tout honneur, voici le Capitaine de nos guerriers :
– messire Mickaël « DuGuesclin » de Boulzennec du duché de Plouneventer.
Viennent ensuite :
– notre expert catapulteur Goulven de la Maison Sévère.
– notre premier mercenaire Irlandais casseur de crânes à mains nues, Corentin de la Maison Sanchez.
– notre second mercenaire ramené de notre traversée des océans, de la terre sacrée de Saint-Domingue ; Victor de la Maison Santos.
– notre expert en Bidon-bidon, Sébastien de la Maison Lozano.
– notre expert navigateur Tangi de la maison Curet.
– notre expert en dommages collatéraux, Samuel « pan dans l’oeil! » de la Maison Gérard
– notre expert en petits pas de courses, Yannick « Groot » de la Maison Mocquillon.
– et pour finir, votre humble narrateur, Hervé « Poulpy » de la Maison Quéméneur.

Et c’est ainsi que nos héros sont partis sous le son des trompettes et des hourras vers le lieu-dit Pen Ar Chleuz et vers la route de l’Est au-delà des territoires civilisés. Après de maintes et maintes aventures qui ne seront pas narrées ici, les guerriers du clan FLSM se présentent enfin dans le domaine seigneurial de Bréal-sous-Monfort. Et là, une forte odeur de brûlé parvient aux narines de nos soldats : bûcher, sacrifice, embuscade ? Que nenni ! Un barbecue de bienvenue pour bien se remplir la pense avant d’aller guerroyer. Un ventre rempli et un gosier désaltéré, rien de tel pour revigorer n’importe quel guerrier avant la bataille.

Et là ! Que ne voyons nous pas ? Quelques gens de chez nous accourent pour encourager et se prosterner devants nos personnes ! Le capitaine Moon, experte en engueulades, stratégies….. experte en tout quoi ! Franck de la Maison Péan du territoire plouarzeliste et Davy grand guerrier Parisien expert en conseils pour nos soldats non vétérans. Et bien sûr pour diriger et contrôler cette joyeuse empoignade, le grand Maître Michel « expert de la bible du guerrier baseballeur » de la maison Palud.

Après une collation rapide et savoureuse, les représentants du FLSM entament les préliminaires de la joute guerrière qui se préparent. Échauffement des articulations, peaufinage des stratégies (si, si, le Capitaine de Boulzennec nous en a transmis !), préparation des armes et des protections.
Et nous voilà placés stratégiquement sur le champs de bataille intérieur et sur le champs de bataille extérieur :
– Capitaine Mika catcheur
– Boutfeu Hervé lanceur
– Belliqueux Corentin 1ère base
– Grognard Sébastien 2ème base
– Fusilier Goulven 3ème base
– Baroudeur Victor arrêt-court
– Pioupiou Yannick champs gauche
– Bidasse Tangi champ centre
– Engagé Samuel champ droit

Et comme nos terres devaient recevoir la légion Black Panthers, nous nous accordons à prendre un peu d’avance avec l’histoire et être en réalité les inventeurs de la formule : « Messieurs les Bréalais, swinguez les premiers ».

Et ainsi, par un beau soleil, continuons à corriger l’histoire : « c’est une belle journée pour jouer ».
Lors de la première manche, la légion Black Panthers cogna fort et profita des erreurs des Brestois pour assener les 2 premiers coups sur la tête de nos hommes. Les munitions Bréalaises étant épuisées, nos héros s’élancèrent en avant et appliquèrent les consignes du capitaine et de l’aide de camps Davy. Pleins de fougue et d’ardeur, nos valeureux guerriers assénèrent de nombreux coups de massue et comptèrent 10 coups avant d’épuiser leurs munitions.

Pour la deuxième manche, les berseks de Bréal hurlèrent leur rage et menèrent à mal la défense du clan FLSM à coup de frappes, de vols de base et placèrent 7 coups dans la besace Saint-Marcoise. Allons nous voir une débandade et un sauf qui peut général ? Non ! Capitaine Mickaël « DuGuesclin » de Boulzennec du duché de Plouneventer rameute ses troupes, les harangue, les motive : « mes amis, nous avons perdu une bataille mais nous n’avons pas perdu la guerre ! Montjoie, Saint-Denis ! Sus à la Légion des Black Panthers ! Regardez-vous, vous êtes les 9 mercenaires, les 9 samouraïs, les 9 salopards, les 9 commandements, les 9 rônins, les 9 fantastiques ! » Rien de tel que ces paroles. Des Brestois courageux, motivés se présentèrent et assommèrent littéralement la Légion avec des stratégies offensives simples : des frappes, des courses et du Bidon-bidon – technique innovante et efficace du grognard Sébastien qui permet de progresser en déstabilisant l’adversaire qui en sort traumatisé (tu m’étonnes !).

La suite de la confrontation tourna en faveur du clan et l’attaque infligea de nombreux coups lors des deux manches suivantes tout en accordant aucun coup. Pour la dernière manche, le fusilier Goulven se présenta courageusement face à la légion pour affliger le coup de grâce pour achever cet après-midi qui restera dans les livres d’histoire. Après un dernier coup accordé, les 9 héros du FLSM entendirent les paroles du grand Maître Michel leur annonçant la fin de l’empoignade sur le score de 26 coups à 10. Avec beaucoup de respect, les deux camps se saluèrent cordialement et posèrent pour une peinture de tous les participants. Pour finir, les Brestois purent profiter de l’accueil de la Légion : bain chaud, boissons rafraîchissantes. Merci à eux. Récupérant leurs bardas, leurs armes et autre, nos héros retournèrent vers leurs destriers et entamèrent le chemin inverse pour retourner vers leurs pénates et accepter l’accueil festif qui devrait s’annoncer dès que la Cité du Ponant serait au courant de la victoire.

Malgré de nombreuses erreurs commises par la troupe brestoise (10 en tout), nos hommes ont su réagir, se relever et persévérer que ce soit en attaque ou en défense. De bonne augure avant la campagne 2017-2018. Ainsi prend fin la narration de cette grande aventure, nos hommes s’en vont aller vers leurs quartiers d’été avant de reprendre l’entraînement dans les environs du 15 Août pour pouvoir affronter d’autres guerriers. Il y a des hommes dans le sud adorateurs du Dieu Requin qui aiment la confrontation et ne manqueront pas de nous « inviter » à guerroyer avec eux.

Grand merci aux Bréalais de nous avoir accueillis pour que nous finissions l’année sur un vrai terrain.

Hoc est iustus vale meis, ut iterum conveniant

Merci à tous les joueurs bretons pour ce championnat très apprécié par les Brestois ! Merci également à tous les officiels, sans qui les matchs ne pourraient avoir lieu, d’avoir donné de leur temps. A l’année prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

:bye: 
:good: 
:negative: 
:scratch: 
:wacko: 
:yahoo: 
B-) 
:heart: 
:rose: 
:-) 
:whistle: 
:yes: 
:cry: 
:mail: 
:-( 
:unsure: 
;-) 
 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.