Archives de catégorie : Divers

Championnat indoor de Softball : Le classement.

Ça y est, j’ai remis la main sur le classement…

Qui a dit enfin ? Attention, hein, commencez pas.

Donc, nous voici à la croisée des chemins, au seuil de la dernière journée du championnat de Bretagne de soft (indoor, je ne vais pas le répéter à chaque fois).

Roulement de tambour (faut un minimum de solennité, sinon ça fait pas sérieux). Et nous, on veut du sérieux, bordel !

1- Rennes 1 : 6 victoires, 0 défaite (à force, ça va se voir, les gars !)

2- FLSM Brest : 2 victoires, 2 défaites (Brest cité en premier par l’ordre alphabétique ;-))

2- Lannion : 2 victoires, 2 défaites.

4- Rennes 2 : 0 victoire, 4 défaites.

Premier constat : c’est le classement que j’avais donné à vue de nez. Allez hop, par ici les excuses. Repos, vous pouvez fumer (mais c’est dangereux pour la santé, surtout pour des sportifs. Faut pas chiquer non plus ; c’est pas mieux, c’est laid et en plus c’est interdit par les règlements).

Deuxième constat : Rennes 1 est tellement en tête que l’équipe compte 6 matches contre 4 aux autres. Je vous entends d’ici : ouais, c’est truqué, ils ont acheté les arbitres, et tout… Ben non, même pas, dites donc. Explication : ils ont joué tous leurs matches et seront exempts à la prochaine (et dernière) journée. Quand vous ne savez pas, demandez-moi plutôt, au lieu de vous vautrer dans le ridicule. Vous êtes pitoyables à force.

Troisième constat : Rennes 2 est éliminé. En même temps, Rennes 1 est déjà qualifié, alors… On ne peut pas tout avoir, non plus.

Quatrième constat : ça va être chaud pour la dernière journée, dimanche prochain à Lannion. Programme triple au menu. Depuis que je prends des cours d’arbitrage, j’ai nettement gagné en vocabulaire, vous ne trouvez pas ? Brest – Lannion, Brest – Rennes 2, Lannion – Rennes 2. La deuxième place qualificative se jouera entre Brest et Lannion.

Brest dit (j’ai mes entrées) : « si on gagne nos deux matches, c’est la qualif, les enfants ».

Lannion dit sûrement : « si on gagne nos deux matches, nous nous qualifions » (tiens, ils parlent mieux que nous, bizarre).

Rennes 2 se dit peut-être : « si on gagne nos deux matches, on met tout le monde dans la panade, puisque chaque équipe aurait 2 victoires et 4 défaites ». Pas con, en effet… Y sont p’têt pas si éliminés que ça finalement.

Et comme j’ai pas le règlement, j’peux pas vous dire à quoi ça se jouerait.

J’vous la fait avec une victoire de Brest et une victoire de Rennes 2, et on s’connaît plus. Brest second, Lannion troisième et Rennes 2 quatrième. Et voilà le travail. Bon j’chais bien que Lannion préférerait finir second, mais troisième, c’est déjà pas mal, non plus. Faut y’aller progressivement.

Bon allez, j’vous laisse, j’repars au charbon.

Règle 6.05 (a) Un batteur est retiré quand son fly, en territoire des bonnes ou fausses balles (autre qu’un ricochet), est régulièrement attrapé par un défenseur…

Cinquième constat : putain, mais qu’est-ce qui m’a pris de m’lancer dans l’arbitrage, avec tout le taf que j’ai !

 

Migwell, 5 février 2014
PS : Bon les enfants, c’est dramatique. On me dit en régie que je me suis salement fait enduire d’erreur par ma source. Le classement est foireux, l’article est foutu.

Donc, ça nous donnerait plutôt ceci, sous toutes réserves évidemment :

1- Rennes 1 : 5 victoires, 1 défaite

2- Lannion : 2 victoires, 2 défaites

2- FLSM Brest : 2 victoires, 2 défaites.

4- Rennes 2 : 0 victoire, 4 défaites.

Du coup, pour dimanche, j’vous la fait avec deux victoires de Brest, et hop, on se connaît définitivement plus. La pression est sur vous, les Brestois, la pression.

Pas dans les verres, hein, sinon ça l’fera pas. Bon ou alors pas trop…

 

 

 

3ème derby finistérien, le C/R.

 

Salut les Dubs’ ! Réjouissez-vous, nous sommes de retour… Y’a pas encore eu de plainte, on continue…

Non, je n’ai pas retrouvé le classement du – inspirez – championnat de Bretagne indoor de softball mixte – expirez. De toutes façons, tout le monde s’en fout. Bon, puisque vous insistez, schématiquement, Rennes 1 est en tête, devant Brest et Lannion (ou l’inverse), puis vient Rennes 2. Et au final, on finira quatrièmes. C’est notre place, non ? Alors pourquoi voulez-vous que je me casse ? Avec tous ces C/R à rédiger sur le dos !

Bon, arrêtez de vous plaindre, maintenant. Vous êtes d’un pénible quand vous vous y mettez. Je n’ai pas que vous à m’occuper, non plus.

Bon, j’en étais où ? Ah ouais, le C/R des matches contre Ploug. Ben, j’ai du lourd, figurez-vous. Après Franck-le-Pirate, qui nous avait assisté la semaine dernière, aujourd’hui c’est Coach-Moon en personne qui vient nous donner un coup de main. C’est pas du lourd ça ? Non, pas de grossièreté, vous savez bien que je n’aime pas ça.

Coach-Moon, donc. Si, si, je la connais un peu, ne soyez pas jaloux…

Ce samedi 18 janvier, Le Doaré faisait salle comble pour assister au 1er derby finistérien de l’année 2014. On a du refuser du monde, c’est dire ! Les Fraises de Plougastel, plus rouges que jamais, la colère le disputant à la honte, revenaient en terre brestoise pour tenter de laver l’affront.

La mômerie ouvrait le bal…

Au grand complet, les Diabolos (-Fraises, explication de rattrapage du jeu de mots, la prochaine fois prenez des notes, merci d’avance), la paille entre les dents, s’apprêtaient à tailler en pièces nos 10 valeureux Dub’s, quelque peu impressionnés par le public. Une première manche très disputée laissait les deux équipes sur un score de parité de 6 à 6. C’est bien dit, hein, score de parité ! C’est ça, être coach de haut niveau, faut du vocabulaire. C’est pas donné à tout le monde. C’est pas vous avec vos mesquineries habituelles qui nous sortiriez des mots comme ça ! Le second passage de Plougastel au bâton rencontrant moins de succès face au 3ème lanceur des Dub’s, les Fraises ne croisaient le marbre que par 2 fois. Nos petits Bleus avaient alors les cartes, mais surtout les battes (houlalà, humour maintenant !) en mains pour conclure la rencontre, en faisant parler leur puissance d’attaque. Six nouveaux points étaient ainsi inscrits, sellant la partie sur le score de 12 à 8.

Restait alors à toute cette mômerie, vainqueurs et vaincus, d’aller déguster un goûter bien mérité, sous l’oeil attentif de Cécile, toujours présente, toujours fidèle, toujours dévouée…

Après ce sympathique lever de rideau, place maintenant à la rencontre seniors.

Les Red-Coat, en manque d’effectif et au bord du dépôt de bilan pour insuffisance de résultats, se voient renforcés de trois Brestois, et pas des moindres. Le plus…vieux d’abord (ni Coach-Moon, ni votre serviteur, en pré-retraite) : Crazy-Al en personne, de retour après un trimestre sabbatique. Une délicate opération du coude droit, très sollicité, nous sommes-nous laissés dire… Le plus « baseballeur », ensuite : au pitching , le longiligne, l’élégant, le très technique Goulven (bien penser à prononcer « Goulvène » pour éviter les ennuis). Le plus debutant, enfin (uniquement sur les terrains de soft puisque c’est aussi un baseballeur accompli) : notre sympathique junior Jeremy. Autant dire qu’on leur a filé du lourd ! J’me demande, si c’était pas trop, finalement… ‘Fin bon, maintenant, c’est trop tard, faut y’aller !

Toujours très bruyant, le large public se voyait donc offrir un duel fratricide de lanceurs.

Pour les Dub’s, une 1ère à la plaque, le flegmatique et plus beau des  barbus Wookie négocia à merveille, et avec ce calme légendaire que tout l’ouest lui envie, la 1ère manche, en n’encaissant qu’un seul point. C’est ça le travail, mes p’tits pères. Le Wookie, il paye pas d’mine comme ça, mais il bosse. Et crac, il nous sort la manche du siècle ! Le travail, le travail, le travail ! Voilà, la devise du Wookie. C’est tout ! Les Fraises-Coat, un genou à terre, investissaient le diamant, laissant la batte aux Bleus. Carton plein pour les Dub’s, 6 points donc. Sarah échouait malheureusement de peu, et devra donc attendre pour fêter son 1er point de l’année.

La 2ème manche tournait en faveur de Plougastel, qui scorait 3 fois, restant ainsi au contact des Dub’s. 6 points à 4 au seuil de la dernière manche.

La 3ème reprise s’annonçait serrée. Wookie, qui avait pioncé toute la seconde manche, sentant soudain la pression et l’engueulade arriver, rampa jusqu’à la plaque. On se disait, bon, il s’est économisé, il va nous les laminer pépère. Une boucherie, pensait-on dans les rangs brestois, le Wookie va les hâcher fin. Le travail qui paye, quoi ! Ce fut bien la boucherie, mais pas celle annoncée. En fait, Wookie avait décidé de continuer à s’économiser, au cas où…

Mais au cas ou quoi, bordel ?

Chais pas, vous lui demanderez quand vous le verrez…

Toujours est-il que pendant ce temps-là, les Diabolos-Coat, galvanisés par l’approche de l’apéro (y’a pas que nous qui picolons, autant dénoncer tout le monde), inscrivaient 5 nouveaux points.

Non ?

Si, si.

Ceux qui ont poussé leur études à leur terme auront sans doute déjà compris : avant l’ultime passage au marbre des Dub’s, les Reds-Diabolos mènent 9 à 6.

Je répète ici un des points essentiels du réglement des Dubiners, rappelé par Coach-Moon à ses troupes : « un derby, ça ne se joue pas, ça se gagne » ! Alors, vous allez vous reprendre, bande de larves, et fissa avec ça ! On va pas se faire tondre chez nous devant huit spectateurs, merde !

Avec rigueur et détermination, les Bleus emplirent donc conciencieusement les bases, avant de scorer 6 fois, clôturant la marque sur le score de 12 à 9.

Ouf. C’est pas passé loin ! A force de déconner, on va bien finir par se faire battre par les Reds-Fraises !

Je m’ennerve un peu, mais ce sont bien deux victoires de Brest qui scellaient ce beau samedi rempli de sourires et de rires.

Coach-Moon tenait, pour finir, à adresser ses félicitations à Ronn, qui était élu dans le même temps au sein de la commission régionale softball de Bretagne (j’y ajoute les miennes ; du coup, on va aussi pouvoir truquer le championnat, c’est bon, ça). Au fait, c’est pas plutôt lui le plus barbu des licenciés, avec son Boston spirit ? Il me semble, quand même.

Et le Wookie dans tout ça ?

Ben, il est parti se pieuter direct pour s’économiser. Il avait tout donné dans la première manche…

 

Migwell,  21 janvier 2014

 

Photo : http://www.flickr.com/photos/lapstrake/6148285630/

Championnat de Bretagne de Softball – 2ème journée.

De notre envoyé spécial à Rennes, le merveilleux, le magnifique, mesdames accrochez-vous, j’ai nommé Franck-le-Pirate.

Dimanche 12 janvier 2014, seconde journée du championnat de Bretagne de softball (mixte) indoor.

Souvenons-nous, la première journée avait vu, à Brest la mythique, Rennes Lannion et Brest se séparer sur un score de parité, une victoire chacun. Cette fois à Rennes, les rencontres opposaient Rennes 1, Rennes 2 et Brest.

A 10h00 précises, nous étions désignés pour affronter Rennes 1. Un horaire probablement arrangé pour profiter de notre légendaire faiblesse matutinale. Les fumiers ! Ben, vous savez quoi ? Le plan a fonctionné. On s’est incliné 5 points à 4. Des fumiers, j’vous dis ! La seconde manche, notamment, nous a été fatale, car, outre l’eau, nous avons pris 4 des 5 points concédés pendant le match. Sur les autres manches, les Dubs ont plutôt assuré en défense, avec un Ron « Elastic-man » en première base qui a rattrapé toutes les balles.

Dans la foulée, à 12h00 donc, à l’heure où tout Brestois qui se respecte se dirige vers la buvette pour un apéritif de bon aloi, le tirage au sort nous désigne pour affronter Rennes 2. Là, j’dis rien. J’ai bien vu que tout était truqué, mais bon… Quasiment à jeun, à sec de bière, les Brestois ont disputé une partie plus difficile qu’imaginé. Les Bleus n’ont en effet emporté le match que d’un minuscule petit point (pléonasme censé illustrer l’étroitesse du score, vous l’aurez noté, je l’espère ; sinon, ça ne sert à rien que j’me casse à faire de la rhétorique). La défense adverse s’était mise en tête de contrer toutes nos frappes hautes, stratégie parfaitement exécutée, avec la complaisance de nos frappeurs ! Devant cette fâcheuse situation, Aude se souvint de ses cours de coach, qu’elle ne séchât pas tous, Dieu merci, et nous sortit la parade : le bunt. Et là, mes p’tits pères, on est content d’avoir bossé le sujet à l’entraînement ! En défense, malgré quelques loupés provoqués par une sécheresse de palais qui étreignait la quasi totalité de l’équipe, qui permirent aux Poulettes d’avancer sur base et de marquer des points, les Dubs montrèrent quelques superbes actions : Ronn (au pitch sur ce match) avec une frappe rapide directe sur lui, rattrapée à la Matrix, Mayo, avec un line drive rattrapé au vol en deuxième, Wookie (Clément, en 3ème base) avec un tag sur le coureur qui était juste derrière lui quand il redescendait d’un saut stratosphérique pour catcher la balle, et Yannick (champ centre), chaud comme la braise pour son premier match, qui a ouvert la partie par un fly « plongeant » en champ puis par une balle rattrapée en protection du short stop, accompagné d’une roulade et relance directe en 3ème base. Du grand art, mes chéris, comme sur les vidéos de la MLB. Si, si. Un poil de public en moins, sinon pareil. Score final 8 à 7.

La dernière rencontre opposait les deux équipes rennaises, pendant que les Brestois investissaient la buvette, faisant ainsi la fortune des Redwings. Rennes 1 l’emportait facilement sur Rennes 2 sur le score de 13 à 5.

Il nous reste à remercier notre Pirate pour ce compte-rendu sympathique, en espérant un langage plus châtié la prochaine fois. Ben ouais, quoi, merde, Franck, y’a des enfants qui nous lisent. De l’application, bon sang de bois !

Le classement quand je l’aurai retrouvé. C’est pas l’Équipe, ici, non plus ! Et puis ça vous fera une occasion de revenir.

Bonus track : nous avons recueilli l’avis de la coach brestoise sur la prestation des bleus. « L’équipe s’est montrée appliquée, solidaire et jamais découragée, allant toujours de l’avant ».

Et voilà, c’est pas beau, ça ?

 

Migwell, 15 janvier 2014 

 

Image : http://www.flickr.com/photos/14983/2524404075/

Pot de début d’année des adhérents du Foyer.

Vendredi 10 janvier 2014 à 18h00, le Foyer Laïque de Saint-Marc invite tous ses adhérents, ses animateurs, ses permanents, les parents, les artistes de toutes les sections au pot du début d’année.

A cette occasion, une exposition des œuvres des artistes Foyer sera présentée.

Selon mes informations, habituellement fiables, y’aurait à boire et à croûter. Ben ouais, c’est un pot, quoi !

Venez nombreux à ce moment de convivialité !

 

Image : http://www.flickr.com/photos/easternblot/5398311318/

Joyeux Noël !

Amis baseballeurs, amies softeuses, taquineurs de la petite balle, magiciennes de la grosse balle, l’équipe d’administration du site au grand complet (^_^) vous souhaite un joyeux Noël et d’excellentes fêtes de fin d’année.

Rendez-vous en janvier sur le diamant pour de nouvelles aventures.

Le conseil de dernière minute : si ce n’est pas trop tard, commandez un parapluie au Père-Noël !

Enjoy !

 

Photo : www.flickr.com/photos/marcgbx/5280786894

Brest – Plougastel (23/11/2013) – Le C/R

Ce samedi, les Dubliners, petit et grand formats, affrontaient les Fraises de Plougastel à la Kerichen Arena de Brest, pour un derby de l’Elorn qui promettait d’être chaud. Les enjeux étaient d’importance, s’agissant de la première rencontre du genre.

Les Red Coats, menés par un Morgan qui s’est fait greffer une Go-pro à la place de la main droite, avaient, rappelons-le, dépêché une troupe de mercenaires prêts à nous fumer. Ne voulant rien concéder, et sûrement pas une défaite, Aude, la coach brestoise, avait monté une grosse formation pour l’occasion.

Solide, tant en défense qu’à la batte, l’équipe brestoise s’est facilement imposée, 11 points à 3 face aux Manteaux rouges (qui jouent en gris et noir, j’ai du rater un épisode).

Après cette victoire éclatante, où le lyrique le tutoya à la technique, les Mini Dubs investissaient le parquet pour affronter les fraises petits formats : les Diabolos (jeu de mots, Diabolo fraise, quel facétieux ce Morgan).

Le match s’est joué sur deux manches seulement mais pour plus d’une heure sur le diamant.

La mômerie brestoise a brillamment relevé le gant de ses aînés et l’a emporté 10 à 6, en gagnant au passage les deux manches disputées.

Au final, bel après-midi de baseball/softball à la Kerichen Arena. Bon état d’esprit, quelques phases de jeu intéressantes, des retraits propres. Et aussi le premier home run du coach des Minis Dubs, Pirate Franck.

Brestois, Brestoises, réjouissez-vous, y’aura de la confiture de fraises au goûter !

Migwell, 24 novembre 2013

 

Photo : www.flickr.com/photos/marusula/9077321426

Championnat de Bretagne indoor de softball – 1ère journée – Le C/R

Ce dimanche 17 novembre 2013, Brest accueillait la première journée du championnat de Bretagne indoor de softball.

 

Vous vous dîtes merde, j’y s’rais bien allé, j’ai zappé ! Pôvres de vous, vous étiez pourtant informés mais, première journée sans pluie depuis 53 jours, vous avez préféré la ballade en famille. Ou plutôt, non, votre femme a choisi pour vous.

Je vous entends d’ici, enthousiaste : « Mais chérie, la première journée du championnat de Bretagne indoor de softball, quand même, on va pas rater ça ! »

Elle : « Championnat de Bretagne, je vois à peu près c’que ça veut dire, mais indoor ? »

Vous : « Ben, ça veut dire en salle, dedans, à l’abri, quoi ! »

Elle : « Pourquoi tu dis pas en salle, alors, au lieu de faire ton intéressant avec des mots anglais que personne ne comprend ? »

Vous soupirez, au bord du renoncement (je vous trouve un peu mou, en ce moment).

Elle : « Et softball, qu’est-ce que c’est qu’ce truc, encore ? »

Vous, reprenant espoir (mais faiblement, avouons-le) : « C’est comme du baseball, mais en salle. Et mixte. »

Elle : « Mixte, genre avec des filles ? »

Vous, soupirant encore : « Ben ouais, forcément ! »

Elle : « J’en étais sûre, tout ça pour reluquer des gonzesses. Déjà qu’t’es allé au foot la semaine dernière ! »

Vous, battant au passage le record d’Europe de soupir (1,22 mètre, 0,25 de vent favorable) : « Ouais, mais là, y’a pas d’filles ! T’façon, c’est bon, j’ai plus envie. »

Elle : « Très bien, on ira faire un tour à la Pointe Saint-Mathieu ! »

Vous, marmonnant : « Mouais, des fois qu’ça ait changé depuis la dernière fois. »

Elle : « Quoi ? »

Vous : « Non, non, rien. » Constatant que c’est foutu pour le softball, vous gardez une cartouche pour le match de ce soir à la télé. Faudrait pas non plus tout cramer sur un mouvement d’humeur. Vous retenez donc les chevaux. C’est bien, c’est important la prudence.

 

Je vous plaints. Mais bon, nous y étions, nous, et on va vous faire un petit compte-rendu aux oignons. Comme ça, vous n’aurez pas tout perdu. Et puis, quoi, c’est joli la Pointe Saint-Mathieu en automne, non ?

Vous : « Ouais mais on y est déjà allé en juin. »

Bon, ça va maintenant, reprenez-vous. Un peu de courage, bon Dieu ! De la résilience ! Vous n’allez pas non plus nous foirer le compte-rendu avec votre femme qui n’aime pas le sport ?

 

Je reprends.

Donc, 1ère journée du championnat de Bretagne de softball indoor, reprenez votre respiration, poule ouest.

Les forces en présence : Lannion, Rennes, Brest.

Les p’tits noms : Seadogs de Lannion, Redwings de Rennes, Dubliners de Brest.

Le programme : 10h00, Rennes-Lannion – 12h00, Brest-Lannion – 14h00, Brest-Rennes.

La restauration : tout à un euro, sauf les bières à 1,5. Y’a eu des plaintes. Mais seulement pour les bières.

La salle : magnifique terrain de soft, carré, hauteur de plafond suffisante, éclairage très correct.

Le sol : froid, dur, râpeux, inhospitalier. Eviter les slides (glissades). J’ai essayé, je déconseille : mauvais pour les genoux, les coudes, les côtes, les mains, les vêtements. Très mauvais.

Le chauffage : niet (j’ai attrapé un rhume ; voyez, vous avez bien fait de ne pas venir ; il faisait sûrement meilleur à la Pointe Saint-Mathieu).

Le public : assez nombreux au final.

La presse : présente. Merci au Télégramme d’avoir dépêché une bien sympathique journaliste.

 

10h00 : play ball !

Lannion rencontre Rennes.

Ils ont méchamment pris du poil de la bête, les Lannionais. On se dit ouais, des pauvres gens d’un bled du 22, tout ça, ils vont se faire manger tout cru par les Rennois. Et ben, pas du tout, dites donc. Ils ont atomisé les Poulettes (l’auto-surnom des softeuses rennaises, et tant pis pour les mecs de l’équipe), 10 à 2. Elles ont même évité une correction plus grande encore en faisant entrer leur coach légendaire au lancer. Maintenant qu’il a raccourci sa barbe, il fout moins les j’tons, mais quand même ! Il lance fort, et plutôt pas mal.

‘Fin bon, 10 à 2, quoi ! Le choc. Va falloir serrer les rangs chez les Dubs.

 

12h00 : apéro. Ah non, désolé, c’est pas ça. Enfin, pas pour tout le monde…

12h00 : 2ème match, Brest affronte le vainqueur de la première confrontation. Les Dubs paraissent au taquet. Reste à espérer une petite fatigue chez les Chiens de mer. Il a une salle tête, le chien de leur logo, non ? Borgne, des dents énormes, je me demande même s’il ne bave pas. Qué mostre ! Côté équipement, par contre, rien à dire : de belles chemises, des sweats magnifiques. C’est important, les équipements.

C’est parti. Et plutôt bien pour les Dubs. Dans une première manche de feu, les Seadogs boivent la tasse : 6 à 1. Ite missa est ? Peut-être pas. Notons au passage un magnifique vol de base de Charbo sur la plaque. Heureusement, l’arbitre, concentré sur la « touche » du catcheur sur le coureur, ne verra pas notre valeureux Charbo oublier de toucher la plaque !

La deuxième manche voit Ronn claquer un home run, un des deux de la journée, nous en reparlerons. Charbo, très affûté, devant le jeune Charbo 2 déchaîné, nous pose un superbe slide sur le marbre (j’en ai encore mal en y repensant), et score à nouveau. Fin de seconde manche : 9 à 3. Les Dubs contrôlent et semblent se diriger vers une confortable victoire. Du moins, le pense-t-on. Pas du tout, dites donc ! C’est dingue, le softball.

Les Chiens de mer se sont refaits la c’rise. La bave aux lèvres (ah voyez, j’avais raison), nos valeureux Lannionais nous sortent une première moitié de 3ème manche d’anthologie. Avec 7 points marqués, ils passent en tête à l’entame du dernier virage : 10 à 9. Les Dubs ont un genou à terre.

Ils auront toutefois assez d’énergie pour arracher deux points supplémentaires en fin de troisième inning, et emporter la mise 11 à 10.

Une belle partie, à l’analyse, contre nos meilleurs ennemis, mais diablement sympathiques, Lannionais.

 

14h00 : dernière rencontre de la journée. Des Brestois émoussés, lamentablement privés d’apéro par une coach pointilleuse, se présentent sur le terrain.

Les Poulettes se sont restaurées, massages, coaching, échauffement. J’ai un mauvais feeling. Bon je triche un peu, mais comme c’est moi qui écrit, je fais comme je veux !

Ils sont bien mimis, les Rennais : une chaussette rouge, une chaussette noire. Le souci du détail ! Respects.

La première manche est tendue et, si les Dubs virent en tête 2 à 0, les Wings remettent aussitôt les pendules à l’heure : 3 à 2, fin de première.

Les Dubliners ne marquent rien en seconde, mais ont le mauvais goût d’en encaisser 5. Soit, si nous comptons bien, 7 à 2 pour les Wings en fin de deuxième manche. J’le sentais, bon Dieu, j’le sentais.

Et là, paf, « Hitting Ronn » entre en jeu et nous claque son second home run de la journée, hélas à nouveau pour un seul point. Les Dubs bétonnent la défense et le troisième inning est bouclé sur le score de 7 à 3 pour Rennes.

Les défenses prennent le pas sur les attaques en 4ème. Le score demeure inchangé.

La cinquième manche sera donc décisive. Les Dubliners, en totale hypoglycémie (quand c’est médical, y’a rien à faire), scorent leur dernier point de la journée par Vévé, avant de subir une hémorragie (c’est médical, j’vous dis) et d’encaisser 8 points. Oui, oui, vous lisez bien, 8 points. Score final : 15 à 4 pour les Redwings.

C’est sanglotant que je confesse ici une très belle victoire des Rennais, parfaitement méritée. Très régulière, leur lanceuse aura notamment fait la différence.

 

Le bilan.

Une victoire et une défaite pour chacune des trois équipes. Pas de bagarre, donc, tout le monde est content.

Une ambiance bon enfant, sympathique. Plus on se connaît, plus on s’apprécie. Notamment avec le Chien de mer, qu’on voit souvent. Il montre les dents, mais ne mord pas, finalement !

Seul couac de la journée, une vuvuzela sortie par Jacques et rapidement apprivoisée par Charbo 2. Un enfer. Jusqu’à une confiscation par Hitting Ronn, sous les acclamations.

Côté niveau de jeu, c’est resté moyen. Le début de saison, de nouveau joueurs/joueuses, faut du temps pour bonifier tout ça.

Rendez-vous le 12 janvier à Rennes pour la 2ème journée du championnat. Championnat de quoi déjà ? De Bretagne de softball indoor ! Concentrés, les gars, concentrés !

 

Et sinon, la Pointe Saint-Mathieu, ça a donné quoi ? Ben, pourquoi vous soupirez ?

 

Migwell, 17 novembre 2013

 

Photo : www.flickr.com/photos/nostri-imago/3464143417/

Des fraises au menu samedi 23/11/2013

Bon, dimanche dernier, nous avons becqueté tranquilos du clebs. De mer, mais du clebs quand même. Après ? On s’est vu trop beaux et, sur la lancée, on a voulu passer aux poulettes. Sauf que là, on est tombé sur un os. Et les os de poulet, bonsoir. En fait, on s’est fait hacher fin.

Du coup, retour sur terre. Samedi, y’aura d’la fraise au menu.

De la jeune, d’abord. De la mômerie, genre Diabolos. Là, on connaît, on les a déjà laminés plusieurs fois.

Mais ensuite, changement de limonade. Y’aura du RedCoat sur le parquet. Ce fumier de Morg a monté une équipe de mercenaires pour nous fumer. Dimanche, ils sont même passés nous espionner. Je les ai surpris à rigoler, dis donc. Si, si. Aucune morale. C’est dingue, ça. Des casquettes noires, des longs manteaux, pas rasés avec ça. Ca promet. Faudra serrer les rangs, les Dubs, c’est un derby.

Je rappelle les règles du derby :

1 Un derby ça ne se joue pas, ça se gagne !

2 Tous les coups sont permis. Je ne serai hélàs pas là pour vous aider (je serai en train de saboter le bateau du Morg).

3 On s’en fout de l’état d’eprit. Garder en mémoire le règle n° 1. Si difficultés, revenir à la 2. Importante, la 2.

C’est tout pour aujourd’hui. Vous pouvez recommencer à ne rien faire.

Allez les Dubs, bon sang de bois. C’est un derby !

Ah oui, j’allais oublier : c’est de 11h00 à 17h00, salle de Kerichen (voir plan dans l’onglet « Plan d’accès »). Bon, si j’ai réussi à couler le raffiot assez tôt, je passerai p’têt. Mais j’promets rien, allez pas vous faire des idées.

Migwell, 20 novembre 2013

Photo : http://www.flickr.com/photos/42787780@N04/6984507532/